L’Escorial, messages, 1980

Apparition de L’Escorial/ Madrid, en cours d’étude ; culte accepté;

Premier message de Jésus Christ : 

Jeudi 13 novembre 1980, dans l’appartement de Miguel et Julia, les employeurs de Amaparo Cuevas : « Fille, prie pour la paix du monde et pour la conversion des pécheurs  car le monde est en grand danger. » Un peu plus tard, ce même jour : « Fille, n’aie pas peur. » Et de nouveau : « Prie pour la paix du monde et pour la conversion des pécheurs.  Aimez vous les uns les autres.Tu vas recevoir des épreuves de douleur. »

2ème message de Jésus Christ : 

Samedi 15 novembre 1980, chez Miguel et Julia : Amparo reçoit la première stigmatisation et lorsqu’effrayée, elle demande : « Mais qu’est-ce que c’est ? » Elle voit et entend le Seigneur crucifié lui dire : « Ma fille, c’est la passion du Christ. C’est une épreuve.  Tu dois la subir tout entière. » Comme Amparo s’exclame : « Je ne peux pas tenir ! » Elle entend de nouveau le Seigneur qui lui dit : « Si toi, au bout de quelques secondes tu ne peux pas tenir,  qu’ai-je eu à souffrir, moi, pendant des heures entières sur la croix,  mourant pour ceux-là mêmes qui me crucifiaient ?  Tu peux sauver beaucoup d’âmes par tes douleurs. »

3ème message de Jésus Chris.  Samedi 22 novembre 1980 :

« Celui qui craint Dieu recevra sa récompense au Ciel. Celui qui le méprise et le blasphème n’entrera pas au Royaume des Cieux. Dieu sème la graine dans les coeurs,  mais il arrive que la plupart des coeurs,  pleins de ronces, ne laissent pas croître la semence ;  il vaudrait mieux pour eux n’être pas nés,  parce qu’à ceux-là, Je donne actuellement beaucoup d’occasions de se sauver.  Lorsqu’arrivera le moment terrible, il n’y aura pas de lamentations ;  Je n’aurai pas d’oreilles pour les entendre.  Le temps est très proche, ne vous bouchez pas les oreilles. Heureux ceux qui se repentent : ils pourront entrer dans le Royaume des cieux,  car Dieu peut tout et en une seconde ;  il peut jeter au fond de l’enfer le blasphémateur,  celui qui commet des péchés sexuels, l’incrédule, les hypocrites. Je suis en train de donner des preuves pour qu’ils se sauvent,  qu’ils implorent Dieu, leur Père céleste.  
J’ai donné ma vie pour les racheter tous, qu’ils ne soient pas aussi ingrats.

Dis-leur que Dieu, avec son grand pouvoir, peut illuminer la Terre et y faire brûler tous les impurs.   [les impurs sont ceux qui commettent des péchés sexuels]  Dis-leur que Dieu pourchassera tous ceux qui publient des doctrines fausses. Dis-leur qu’ils mettent en pratique la doctrine chrétienne. Que le prêtre ou le religieux fasse voeux de pauvreté, chasteté et obéissance,  qu’ils respectent ces voeux,  s’ils ne le font pas, alors Je viendrai  et ils rendront compte. Prie beaucoup, ma fille, pour la paix en Espagne et dans le monde entier ;  fais beaucoup de sacrifices et demande à tous de le faire.  Demande qu’ils n’outragent plus le Divin Coeur de Jésus  et qu’ils prient (demandent) par l’intercession de ma divine et très pure Mère,  dont le Coeur est transpercé de douleur à cause de tant d’offenses faites à son Fils. Qu’ils récitent tous les jours le saint Rosaire pour la paix du monde   et qu’ils fassent beaucoup de sacrifices.

1er mai 1981 
Premier message de la Vierge (Marie, la mère de Jésus) 

Le 1er mai 1981, premier vendredi du mois, Amparo reçut ce premier message de la Vierge dans son appartement, la nuit, à son retour de Cortés, le jour même : « Ma fille, ne cessez pas de réciter le saint rosaire. Dis-leur que s’ils ne m’écoutent pas, il y aura beaucoup de morts, l’Eglise s’affaiblira, il n’y aura pas de travail mais beaucoup de misères, surtout en Espagne.  Ma fille, le saint rosaire récité avec dévotion a beaucoup de pouvoir ; je vous demande très peu de chose : de prier et, par votre oraison et votre pénitence, de nous aider, mon Fils et moi, à sauver beaucoup d’âmes qui sont errantes, dans l’attente de quelqu’un pour les sauver. Je me suis manifestée en beaucoup de lieux, mais ils sont vides et on ne veut rien savoir. Si on ne  m’écoute pas il y aura une autre guerre en Espagne et l’Église espagnole souffrira. Priez beaucoup et faites beaucoup pénitence pour vous sauver tous. Je vous aime tous parce que tous vous êtes mes enfants. II faut être plus assidus à recevoir l’Eucharistie sacrée ; il est très important de communier les premiers vendredis du mois, avec beaucoup de dévotion. Et de demander que tous les prêtres soient de bons catholiques, donnent le bon exemple et que l’Esprit-Saint les illumine pour servir Dieu, aimer le prochain et collaborer au salut des âmes. Faites oraison et dis-leur de faire beaucoup de sacrifices car plus vous faites de sacrifices, plus je vous aime : parce qu’ainsi vous m’aidez à souffrir et à implorer pour tant de pécheurs qui en ont tant 
besoin. »

Second message de la Vierge 
Dimanche 10 mai 1981, chez Julia et Miguel :

« Ma fille, dis à tous mes enfants qu’ils respectent très bien le message que je leur ai donné de prier le saint rosaire, mais ils doivent s’approcher davantage de l’Eucharistie [la messe] car beaucoup d’entre eux ne l’ont pas fait. Qu’ils communient les premiers vendredis du mois et que tous ceux qui communient ce jour-là, prient pour l’Eglise catholique, afin que les chrétiens soient plus unis. Le péché d’impureté [= le péché sexuel] offense beaucoup le Seigneur. 

Soyez très humbles car l’orgueil ferme les portes du Ciel. Persévérez car je suis très contente de vous et intercédez pour les prêtres afin qu’ils soient de bons fils de Dieu. »  [Comme le dit la note figurant après le texte espagnol du message : cette apparition n’a pas été enregistrée sur magnétophone, Amparo en donna le texte après coup. Ces trois phrases sont manquantes page 30 du livre des messages 1980-1984, mais elles figurent bien dans la version originale espagnole des messages et le prêtre qui les commente, les commente comme faisant partie intégrante du message délivré par la Vierge Marie le 10 mai 1981. Note du 23/9/2016] Approchez-vous davantage de l’Eucharistie [la messe]. Soyez assidus à recevoir le corps de Jésus. Priez pour la paix en Espagne, particulièrement pour le pays basque. » 

Dimanche 14 juin 1981 

La Vierge : C’est la première fois que la Vierge apparaît sur le fresne dans le domaine du Prado Nuevo (pré neuf) après déjeuner : « Je suis la Vierge des douleurs. Je veux qu’on construise en ce lieu une chapelle en l’honneur de mon nom. Qu’on vienne de toutes les parties du monde y méditer la passion de mon fils qui est complètement oubliée. Si on fait ce que je dis, il y aura des guérisons, cette eau guérira. [à côté se trouve une fontaine qui se déverse dans un bassin servant d’abreuvoir]. Quiconque viendra ici réciter quotidiennement le saint Rosaire sera béni par moi. Beaucoup seront parqués d’une croix au front. Faites pénitence, faites oraison.»

6 juillet 1981 : message de Jésus

Jésus : « L’humanité ne veut pas écouter les paroles de Ma Très Sainte et pure Mère. Elle s’est manifestée en maints endroits d’Espagne, mais l’on ne croit pas en Elle. Ma mère souffre beaucoup pour tous les hommes. Elle est triste, Elle pleure pour tous les pécheurs et Me demande toujours d’avoir pitié de tous, mais Je lui ai répondu : Qui a pitié de Toi, Ma Mère ? L’on ne cesse de te blasphémer, de te calomnier, de te mépriser. Avec ce manteau de douleur, Ma Sainte Mère veut vous sauver tous, en échange de ses larmes et de ses souffrances. Je ne puis voir Ma Mère souffrir ainsi. Voilà pourquoi c’est Moi qui vais envoyer le châtiment à toute l’humanité si ingrate. Mais dis à tous ceux qui croient, qu’ils n’aient crainte, car rien ne les affectera ; dis-leur de persévérer dans la prière, de s’approcher de l’Eucharistie, car c’est là que Je serai, pour les aider à persévérer et pour leur donner des forces, afin qu’ils aiment beaucoup cette Mère si bonne. Je vous demande de ne pas la faire souffrir. Croyez en elle, car elle vous ouvrira les portes du Ciel ; et qu’elle ôte ce manteau de Vierge Douloureuse pour revêtir le manteau blanc. Par vos prières et vos pénitences, intercédez beaucoup pour ceux qui ne croient pas, car l’heure du châtiment est très proche. Les temps sont très graves. Dis-leur à tous de prier beaucoup le saint rosaire pour apaiser la colère de Dieu le Père. Ceux qui sont avec Dieu et la Très Sainte Vierge n’ont pas à craindre, mais pour ceux qui ne voudront pas être en grâce avec Dieu, ce sera terrible. »

28 juillet 1981: message de la Vierge

La Vierge : « Ma fille, dis-leur à tous que, s’ils n’écoutent pas ce que Je leur dis, le monde connaîtra un châtiment comme il n’y en a jamais eu auparavant et en premier lieu, il tombera sur l’Espagne. Dis-leur de s’approcher de l’Eucharistie, de prier le Saint Rosaire chaque jour avec une grande dévotion et de communier le premier vendredi de chaque mois. Tous ceux qui le feront avec dévotion seront sauvés. Priez pour les prêtres et les religieux car Mon Fils porte une croix très lourde pour tous ceux qui ne sont pas fidèles à Dieu ; aidez-Le à se décharger de cette croix qu’ll porte sans cesse. Priez pour les incrédules ; le châtiment est très proche ; dis-leur de M’écouter car je veux qu’ils se sauvent tous ; Je les aime tous et Mon Cœur saigne de douleur pour eux. Faites pénitence et priez.

8 septembre 1981

La Vierge : « Ma fille, demande à tous de prier beaucoup pour mon fils bien-aimé le Pape Jean-Paul II et pour la paix en Espagne. Si l’Espagne ne change pas, elle sera châtiée. Transmets ce message sans délai, pour rappeler à l’ordre tous les coupables, afin qu’ils se repentent tous avant que n’arrive l’heure du châtiment. Dis-leur d’être prêts car je viendrai chercher mes élus et l’ennemis les siens. En ce jour proche, je serai avec mon Fils et mes anges. Ma fille, offre ces douleurs des plaies, pour que beaucoup d’âmes soient sauvées. Unis tes douleurs aux miennes pour sauver le monde. »

25 septembre 1981 : message conjoint de Jésus et Marie 

Le Seigneur : « Annonce, ma fille, que Je suis comme le père du fils prodigue : quiconque vient à Moi sera sauvé car J’attends les bras ouverts. Je suis très triste. Dis-leur que les trompettes  sont sur le point de sonner. Malheur à celui qui ne sera pas prêt lorsqu’il entendra ces sons ! En 1983, les châtiments augmenteront : il y aura de grands tremblements de terre, de grandes sécheresses, des maladies qui causeront la mort. Priez, mes enfants, placez-vous dans la grâce de Dieu (litt. « Mettez-vous bien avec Dieu »). Par l’oraison on peut calmer la juste et divine colère de Dieu le Père. Toi, ma fille, tu vas beaucoup souffrir, mais J’ai souffert Moi aussi pour vous tous ;  il est important de souffrir et par la souffrance on parvient au Royaume de Dieu. 

Dis ce que Je disais : « Père, ta volonté et non la mienne ». La volonté de mon Père était que Je verse jusqu’à la dernière goutte de mon sang et Je l’ai versé pour vous tous. La troisième Demeure s’appellera Bethléem. Pour parvenir à cette Demeure, il faut prendre sa croix, même si elle pèse ; Je vous aiderai à la porter. Ne nous déçois pas, ma fille. Je viendrai chercher les choisis. Je te le répète : ne nous déçois pas, lutte contre l’ennemi.  Je suis l’Alpha et l’Oméga : quiconque croit en Moi, possédera le royaume des cieux. Je porte la croix (sur le dos) afin que Dieu le Père répande sa divine Miséricorde sur toute l’humanité. (Ici le Seigneur donne à Amparo une date…) Je te le répète : dis à tous qu’ils viennent à Moi car Je suis le père du fils prodigue… Souffre, ma fille… Au revoir (et) accomplis la mission que Je t’ai confiée. »

La Vierge : « Ne fais pas attention aux avis/conseils terrestres (litt. « terriens »), ma fille, ils peuvent t’induire en confusion ; fais attention à (ce que te dit) ton directeur spirituel.  Continue avec le troupeau de mon Fils, ma fille. Lutte contre l’ennemi ; mon Fils est très content (car) tu as ramené beaucoup de brebis à son troupeau. Souffre, ma fille, étends les bras comme mon Fils les a étendus sur la croix pour sauver l’humanité. Continue de lutter, ton chemin est celui de la souffrance. Ceux qui seront choisis, ma fille, retourneront à l’Éden du Paradis. Je viendrai avec mon Fils chercher les choisis.  Prends cette croix, ma fille, mets-là sur ton dos et suis mon Fils comme Je l’ai suivi sur la croix, le coeur transpercé de douleur, alors que mon Fils souffrait pour sauver l’humanité ;

Pendant ce temps, la majeure partie de l’humanité fait la fête. Quels ingrats ! Dans l’abîme de l’enfer, mon Fils n’aura pas compassion d’eux. Ceux qui seront choisis se retrouveront au Paradis d’amour et de félicité.  Mes anges lutteront contre l’ennemi, ce sera une grande guerre dans les airs. La lutte est proche. Mon coeur est bouleversé de voir comme on emporte beaucoup de mes enfants au fond de l’abîme. Mais je ne peux pas retenir plus longtemps le bras de mon Fils. Beaucoup mourront sous la main de l’ennemi ; le règne de l’ennemi ne durera pas longtemps. Les enfants lutteront contre les parents, les belles-filles contre les belles-mères et les frères contre les frères. Beaucoup d’innocents mourront : Je les attendrai dans ma Demeure. Les Demeures de ceux qui seront choisis, sont prêtes ; les cachots de l’enfer aussi (sont prêts).

La lutte vous paraîtra très longue ; alors l’ennemi sera vainqueur. Il y aura trois jours d’obscurité ; le soleil s’obscurcira et la lune donnera une très pâle clarté. Les véritables enfants de Dieu demeureront en oraison sans oublier Dieu ; ce seront des jours terribles. En ces moments-là, on verra qui est vraiment imitateur de Christ. Ne dégainez pas votre épée. Souvenez-vous que Dieu dit « qui tue par l’épée périra par l’épée ». Je demande l’oraison [la prière] : par l’oraison vous vous sauverez. La quatrième Demeure est prête pour la lutte. À ces moments-là Élie et Enoch manifesteront leur présence et feront de grands prodiges afin que les ennemis de mon Fils se repentent et reviennent à Dieu. II faut semer pour récolter, ma fille. Lorsque tu te présenteras devant mon Fils, ne viens pas les mains vides ; tends les bras et Moi Je serai là pour t’emmener. Les âmes ont de grands besoins ; ne vous laissez pas vaincre par l’ennemi qui est si proche de vous. On reconnaîtra mon Fils à la croix que portent les nefs célestes. Lorsque ceci arrivera, les jeunes auront des visions et les anciens auront des songes.Je vous lance un appel, mes enfants, prenez la croix et suivez mon Fils car mon Fils est très fatigué : soulagez-Le en l’aidant à porter la croix. Soyez constants en oraison et faites des sacrifices. 

Élie et Enoch, témoins de Jésus, seront très efficaces pour la conversion de l’humanité. On les donnera pour morts et après cette mort, il y aura un grand Miracle, ma fille: ceci est écrit, que celui qui a des yeux voie et que celui qui a des oreilles entende. Que celui qui a soif vienne à mon Fils car Il est la fontaine de Vie. Que celui qui ploie sous le fardeau vienne à mon Fils car Lui le soulagera (litt. déchargera). Venez à mon Fils car Lui vous conduira à la Demeure de Vie. Dans cette Demeure, il est  écrit: « Qui mange ma chair et boit mon sang sera sauvé. »  Cette vie-là sera éternelle. Nombre de prêtres offensent constamment mon Fils.  Prends cette croix, ma fille et suis mon Fils.  Par la croix, vous parviendrez au Ciel, mes enfants.  Toi, ma fille, tu es en train de semer de roses le chemin de mon Fils.  

Tu as ramené à son troupeau beaucoup de brebis  qui étaient perdues. Le Châtiment aura lieu le…(date non divulguée par Amparo tant qu’elle n’a pas du Ciel la permission et l’injonction de le faire). Les Demeures de mon fils sont presque vides ; celles de l’ennemi sont combles. Avertis-les tous : mon Fils a faim d’âmes qui viennent à Lui : il les attend là comme il attendit au puits de Jacob pour les convertir tous. Efforcez-vous de vous trouver tous à la droite du Père ; ceux qui se trouveront à sa gauche iront au fond de l’abîme.  Ne prête aucune attention aux avis/conseils terrestres, qu’ils ne t’induisent pas en confusion ; fais attention aux avis/avertissements du Ciel. Quelle tristesse éprouve le Père en voyant que tant d’âmes se (con) damnent ! Mais toi, ma fille, tu es en train d’accomplir une mission très importante. Combien de brebis égarées ont fait retour au troupeau de Jésus ! Continue de semer de roses le chemin de mon Fils. Mon Fils est très content car tu lui enlèves beaucoup d’épines :  tu es en train de rassembler son troupeau dispersé. » 

2 octobre 1981

La Vierge : « Vois, ma fille, comment est mon cœur ; il est transpercé de douleur. Vois comme il saigne pour tous Mes enfants ; pour tous, sans distinction de races. Priez beaucoup pour la conversion de la Russie. La Russie est le fléau de l’humanité ; priez pour qu’elle se convertisse. Dis-leur à tous Ma fille, que le Fils de l’Homme viendra dans la gloire de Son Père accompagné de Ses anges et il rétribuera chacun selon ses œuvres. Alors, le signe du Fils de l’Homme apparaîtra dans le ciel et tous les peuples de la terre se frapperont la poitrine et ils verront le Fils de l’Homme venir sur les nuées du ciel en grande puissance et en grande Majesté. Ma fille, souffre, souffre car moi aussi Je souffre pour vous tous. Priez beaucoup, Mes enfants, et faites pénitence ; c’est l’unique moyen d’atteindre Mon Fils. Ma fille, dis-leur à tous de prier sans relâche le Saint Rosaire. Le Saint Rosaire, récité avec dévotion, a une grande force ; Ma fille, dis-le à tous. Dis-leur qu’ils s’efforcent d’être là-haut et recherchent les choses d’en-haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu. Ma fille, ne tiens compte de personne; tu te sentiras très seule, très triste, ne Nous déçois pas mon Fils et Moi.

Ne nous déçois pas, ma fille, rends-toi compte que l’ennemi rôde autour de tout ceci, ne sachant par où attaquer. Ces douleurs si terribles, Mon Fils les subit pour toute l’Humanité ; l’Humanité est vide. Les hommes ne font pas cas des messages de leur Mère qui souffre tant pour eux ! Ce qui t’arrive, Ma fille, beaucoup d’âmes l’ont vécu ; elles ont été persécutées par les membres-mêmes de l’Eglise. Si quelqu’un vous dit que le Christ est ici, parmi vous, ne l’écoutez pas ; ces faux « christ », veulent jeter le trouble sur la doctrine de Mon Fils et vous tromper tous, pour s’emparer de vos âmes. Prenez garde, Mes enfants, n’allez pas vous fourvoyer avec les faux prophètes ; qu’aucune erreur ne trompe les élus.  Rendez-vous compte, Mes enfants, que Satan s’efforce de parvenir à perdre les âmes ; il s’est introduit dans l’Eglise. Y-a-t-il plus grande confusion que celle-là! Satan s’est emparé de beaucoup de Mes fils, de beaucoup de Mes fils, fils de prédilection de Mon Fils. Oui, Ma fille, ne fais pas cas des avis terrestres, Je t’en ai déjà parlé en d’autres occasions; écoute les avis du ciel; les avis célestes ne sauraient se confondre avec les conseils de l’ennemi, car celui-ci ne demandera jamais que l’on fasse de bonnes œuvres. 

Priez beaucoup, Mes enfants, et comprenez que rien de ce qui est terrestre, ne vaut la peine. Mon Fils vous construira une maison dans le Ciel pour toute l’éternité. Mes enfants, il vaut la peine de souffrir, priez pour tous les pécheurs, Mes enfants.  Dis-leur de communier les premiers samedis du mois en l’honneur de Mon Cœur qui est transpercé d’épines par les douleurs que Me causent tant de pécheurs : ils profèrent constamment tant de blasphèmes contre Mon Fils et contre Moi ! Dis à tous ceux qui vivent ces évènements [les apparitions] qu’ils auront à subir eux aussi beaucoup d’épreuves. Qu’ils soient sur leurs gardes, car ils seront calomniés sous de nombreux prétextes. Beaucoup ont reçu la grâce de voir quelques-uns de ces prodiges, qu’ils luttent jusqu’à la fin ; qu’ils ne se laissent tromper par personne. 

Ma fille, Nous, Nous t’aiderons à porter la croix ; souffre pour tous les pécheurs ; dis-leur de visiter le Tabernacle, car Mon Fils y est très triste, attendant leur visite à tous. Ils ne pensent pas à Nous, et Nous, Nous pensons sans cesse à eux. Dis-leur, Ma fille, que l’heure approche, elle est très proche: on ne fait pas cas de Mes avertissements et certains n’auront pas le temps de se repentir. Adieu, Ma fille, sois forte comme le fut Mon Fils, jusqu’au dernier instant. Adieu, Ma fille.

14 octobre 1981

La Vierge : Priez le Rosaire chaque jour avec une grande dévotion ; faites une brève méditation après chaque mystère, offrez-le pour la paix du monde, particulièrement pour la paix en Espagne, car l’Espagne est sur le point d’être châtiée.  Je suis la Vierge des Douleurs ; dis à tous, ainsi qu’aux prêtres, que Je désire en ce lieu une Chapelle en Mon honneur, pour que l’on y vienne de toutes les parties du monde partager avec Moi ces douleurs que j’endure pour toute l’humanité. Que l’on vienne à cette chapelle, méditer la Passion de Mon Fils.  Dis-leur à tous de s’approcher de l’Eucharistie, car Je serai très reconnaissante envers tous ceux qui communieront les premiers samedis du mois en l’honneur de Mon Cœur [Immaculé] et Mon Fils les récompensera à l’heure de la mort. Mes enfants, Je vous demande de beaucoup prier, car Mon Fils attend vos prières. Priez beaucoup, Mes enfants, parce que beaucoup d’âmes se condamnent, n’ayant eu personne qui ait prié pour elles.  Priez beaucoup, Mes enfants, priez pour qu’il n’y ait plus de guerre, car le monde est au plus mal.

Seule votre Mère du Ciel peut vous aider tous à remporter le combat contre l’Ennemi.  Si l’on fait tout ce que Je demande, Dieu le Père retiendra Sa colère.  Priez pour le Vicaire du Christ qui est en grand danger;  priez aussi pour la conversion de la Russie,  faites pénitence et rendez visite au Saint Sacrement. Dis-leur à tous que lorsque la chapelle sera édifiée, elle sera appelée « chapelle de notre dame des douleurs ». Obéissez à mes messages, priez et faites pénitence. (La Vierge prend congé de Luz Amparo en faisant un signe de croix sur son front).

16 octobre 1981

Amparo : « Ah, ah, mon Dieu! Ah, ah, mon Dieu! Ah, ah, mon Dieu! Quelle douleur ! Ah, mon Dieu! Ah, ah, mon Dieu : Ah, mon Dieu! Ah, quelles souffrances ! Ah, Seigneur, Seigneur ! Aide-moi, Seigneur! Ah! Ah ! »

La Vierge : « Ma fille, Je sais comme tu souffres, mais tu sais quels mérites ont ces douleurs, combien de pécheurs se convertissent et s’approchent de la Sainte Eucharistie. Dis-leur de continuer à mettre en pratique, d’observer les commandements de Mon Fils. Dis-leur que Jésus-Christ a demandé qu’ils se réconcilient avec Dieu tous les jours. Que ceux qui ne l’ont pas fait, confessent leurs péchés et communient les premiers samedis du mois ; mais aussi les premiers vendredis du mois en l’honneur du Cœur de Mon Fils. Mon Fils donnera la vie éternelle à tous ceux qui le feront et Il les ressuscitera au dernier instant, Ma fille, ma fille ! Ah, comme tu souffres! Dieu est très content de toi, Ma fille. Tout ce sacrifice, Ma fille, ton sacrifice sert au salut des âmes. Ah ! Ma fille, quelles douleurs horribles ! Rends-toi compte de ce que Mon Fils a souffert sur cette Croix et de ce que J’ai souffert Moi-même au pied de la Croix, brisée, déchirée, le cœur en lambeaux. Ah, Ma fille ! Dis à tous ceux qui feront un sacrifice : si tu fais un sacrifice… de 1’offrir pour le salut de toute l’humanité. Tous les sacrifices ont de la valeur, Ma fille, tout ce que l’on offre à Mon Fils Jésus-Christ.  Lorsque vous faites un sacrifice, dites :

Mon Jésus, par amour pour Toi, je t’offre tout  pour la conversion des pecheurs,  pour la conversion de la Russie  et pour le Cœur Immaculé de Marie, Ta Très Sainte Mère.

Offrez tout, Mes enfants, mais que personne ne le sache. Que ta main gauche ne sache jamais ce que fait ta main droite, Ma fille. Celui qui veut sauver sa vie, la perdra et celui qui voudra perdre sa vie par amour pour Moi et pour Mon Fils, la trouvera. Ma fille, offre-toi à Dieu pour supporter toutes tes souffrances. Qu’Il t’aide à réparer pour les pécheurs, pour tant d’offenses faites constamment à Mon Fils et à Moi, car nous sommes constamment offensés. Je désire te le répéter Ma fille : offre tout pour la conversion des pécheurs, mais surtout, Ma fille, accepte et supporte avec humilité les souffrances que Mon Fils t’envoie. Offre-les Ma fille.  Vois, Ma fille, rends-toi compte que ceux qui sont fils héritiers de Dieu et héritiers avec le Christ, devront souffrir avec Lui afin de partager avec Lui Sa gloire, Ma fille. Il est très important de sauver l’âme, le corps n’a pas d’importance et ne sert de rien, pas même de fumier pour la terre. Ne faiblis pas, demande conseil à ton père spirituel afin qu’il te dirige, Ma fille. Tu vas avoir beaucoup de contrariétés et tu souffriras beaucoup, mais continue à lutter; continue à lutter, car moi aussi Je lutte pour vous sauver tous.

Ma fille, tu as beaucoup de doutes ; tu crois que ce sont tes visions ; que Je ne suis pas présente réellement au cours du Saint Rosaire. Je t’ai dit lors de la première Apparition que Je serai là chaque jour pour donner la sainte bénédiction à tous ceux qui viendront prier le Saint Rosaire. Je t’ai également dit, Ma fille, que beaucoup d’entre eux seront choisis et marqués d’une Croix sur le front. Que l’on ne te confonde pas, Ma fille, parce que Je suis là réellement présente comme Reine Glorieuse sur la Terre et apportant à tous les peuples de la Terre le salut et la paix. Ne doute pas, tu peux continuer à le dire à chaque Rosaire ; tous Mes enfants seront bénis. Il y en a beaucoup qui doutent, Ma fille. Ils sont si incrédules que s’ils ne voient pas la marque du clou dans les mains, ils ne croient pas. Ma fille, combien tu vas souffrir ! Mais tu sais ce que dit Mon Fils : s’ils ont besoin de voir pour croire, il n’y a pas de mérite à cela, Ma fille. Heureux celui qui croit, sans voir ; voilà ce qui est d’un grand mérite aux yeux de Mon Fils. J’insiste encore, Ma fille : Je veux que vous continuiez à prier le Saint Rosaire tous les jours.  Priez Mes enfants, faites beaucoup de sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes sont en enfer parce qu’elles n’ont pas eu quelqu’un qui ait prié pour elles ; et comme c’est horrible d’être dans le lac de flammes, Ma fille ! Vois un instant comment c’est [l’enfer] :

Amparo : (élevant le ton de la voix avec horreur) Ah … ! 

La Sainte Vierge : Non, Ma fille, ne sois pas horrifiée ; celui qui va au fond de ce lac, c’est parce qu’il le veut, car il a maintes occasions de se sauver, mais il ne veut pas les saisir, Ma fille. Toi, aide tous les pécheurs, mais ne souffre pas, tu en as suffisamment avec tes douleurs. Ma fille, dis à tous ceux de ton entourage, Ma fille, qu’ils s’efforcent de faire de l’apostolat, qu’ils en fassent là où ils se trouvent dans le monde, car beaucoup d’âmes ont besoin de recevoir les messages de leur Mère Céleste, Ma fille. Que l’on prie beaucoup, que tous se sauvent, car Je donne constamment des avertissements et l’on ne fait pas cas de Moi. Je ne veux pas qu’ils se condamnent, Ma fille. Mais beaucoup d’entre eux n’éprouveront pas de crainte envers Dieu, ni même au moment du châtiment. Ma fille, porte toujours ta Croix, aide-Nous à sauver beaucoup d’âmes, car beaucoup de brebis sont revenues au troupeau. Combien s’étaient égarées, Ma fille ! Combien! Et elles sont revenues au bercail de Mon Fils, elles ont regagné Son troupeau.  Ma fille, adieu ; sois humble, Ma fille. Le conseil quotidien, c’est l’humilité, adieu, adieu Ma fille.(Le texte suivant se trouve immédiatement après le message antérieur dans l’enregistrement dont on dispose, il est mis ici bien que l’on ne soit pas certain de sa date).

La Vierge : « Ma fille, Je te conseille à nouveau : ne fais pas cas des jugements d’autrui ; ne fais pas cas des conseils que l’on te donne, car les jugements des autres n’ont pas de valeur. Tiens compte de ton père spirituel ; beaucoup de voyants les ont perdus en portant des jugements sans savoir. Ma fille, fais cas de Moi; beaucoup de personnes veulent détruire ; ils ne savent pas quel mal ils font en donnant des conseils sur des choses qu’ils ne connaissent pas, Ma fille. Fais cas de ton père spirituel. Continue de lutter, Ma fille, car la lutte sera terrible ; tu devras t’affronter à l’ennemi. Ma fille, Je te demande de ne pas Nous décevoir et de répondre à Mon Fils.  Adieu, Ma fille ; sois humble, sois humble jusqu’au bout. C’est le conseil quotidien, Ma fille ; l’humilité est le fondement principal de tout. Oui, Ma fille, tu auras une lutte terrible; mais que l’ennemi n’en sorte pas victorieux. Lutte jusqu’au bout, Ma fille, lutte, car il vaut la peine de lutter. Adieu, Ma fille, adieu.

23 octobre 1981

Jésus : « Appelle Elohim, ma fille, appelle Elohim, ton Père céleste, Roi de l’univers, pour qu’ll te console, Ma fille ; ces mêmes souffrances, Je les supporte Moi-même sans cesse à cause de la perversité de tous les pécheurs. Dis-leur de se convertir, de ne plus commettre de péchés, car ils se détruiront eux-mêmes…Ma fille, appelle-Le pour qu’ll te console. Dis-leur à tous que s’ils ne confessent pas leurs fautes et ne se repentent pas, le Père Eternel les enverra dans le lac de souffre pour toute l’éternité. Dis-leur qu’ils n’ont que très peu de temps ; qu’ils se repentent ; qu’ils pensent un peu à la Passion de Son Fils ; le Père Céleste L’a envoyé sur Terre pour les sauver tous du péché et les hommes ne veulent pas penser à leurs fautes. Ils ne cessent d’offenser Dieu ; qu’ils méditent et pensent à ce que Son Fils a souffert sur la Croix, comment II a été couronné d’épines, flagellé ; comment II a versé Jusqu’à Sa dernière goutte de sang pour vous tous, Ma Fille ! Dis-leur à tous qu’ils n’auront pas le temps de se repentir. Le Père Eternel va déverser Sa colère d’un moment à l’autre ; qu’ils se repentent. Dis-le à tous, Ma fille. 

Le Fils de Dieu descendra sur une nuée dans peu de temps et II ordonnera à Ses anges de faucher la récolte desséchée de la terre qui ne donne pas de fruit.  Que Ses élus soient prêts ! Qu’ils ne tiennent pas compte de l’ennemi !  
Oui, Ma fille, dis-leur à tous de se convertir, car le jour du Jugement, Je descendrai en Juge et non en ami parce que Je leur donne des occasions [de se sauver] : qu’ils les saisissent, qu’ils ne laissent pas pour demain ce qu’ils peuvent faire aujourd’hui. Qu’ils se rendent compte que les mille ans de la bête sont accomplis. Que Satan est… est aux quatre coins de la Terre, Ma fille, pour s’emparer des âmes pour la guerre. Dis-leur à tous qu’ils s’efforcent d’être inscrits dans le Livre de La Vie au jour du Jugement. Dis-leur à tous que Je ne veux pas qu’ils se condamnent, et que Ma Mère souffre beaucoup pour eux. Je ne peux supporter que Ma Mère souffre ; Elle souffre sans cesse et pleure. Aucun récipient ne pourrait contenir les larmes que verse Ma Mère chaque jour pour vous tous. Que les hommes se repentent, avant que n’arrive l’heure du châtiment, car la lutte sera horrible. Avertis-les tous, Ma fille, qu’ils ne disent pas ensuite que Je n’avertis pas. Qu’ils se repentent, qu’ils confessent leurs péchés et qu’ils s’efforcent d’être à la droite du Père, le jour des élus. Car ce sera horrible d’aller avec l’Ennemi, Ma fille. Dis-leur à tous de se repentir et de demander pardon au Père Eternel, car le Père Eternel les attend tous. Adieu, Ma fille. Sois forte comme Je l’ai été jusqu’au dernier moment. Ne te soucie pas de cette lutte, car ensuite tu seras dans les demeures du Père Eternel pour l’Eternité. Adieu, fille. »

La Vierge : « Ma fille, Me voici comme Mère Miséricordieuse, pour t’aider à supporter ces souffrances si horribles. Offre-les au Père Eternel, Ma fille, pour la conversion du monde entier. Offre tes douleurs, Ma fille. Si l’on te méprise, Ma fille, offre-le ; si l’on te calomnie, offre-le ; continue dans l’obéissance et l’humilité, Ma fille. Ton obéissance doit être muette afin que personne ne le sache. Préviens-les tous, qu’ils se repentent, qu’ils confessent leurs péchés, car le Père Eternel est très en colère. Dis-leur qu’ils doivent être meilleurs qu’ils ne sont ; qu’un grand châtiment va venir, pour toute l’humanité. Qu’ils confessent leurs fautes, qu’ils ne se laissent pas tromper par l’ennemi car Satan veut s’emparer de toute la Terre et il est en train de s’emparer de l’Eglise ; Il essaie d’anéantir la Terre. Ma fille, dis-leur à tous de ne pas se laisser tromper en aucune façon; qu’ils se repentent, Ma fille. Tu ne sais pas combien Mon Cœur souffre de te voir souffrir, mais il le faut.  Dis-leur, Ma fille, que le Châtiment sera pire que quarante tremblements de terre consécutifs détruisant la Terre. Le châtiment sera horrible et personne n’y échappera, personne. Tous verront l’avertissement et ils comprendront ce qu’il signifie, Ma fille. Soyez prêts afin de ne pas recevoir le châtiment. Il est très important d’être en état de grâce avec Dieu. Le jour de l’avertissement, il y a des personnes qui mourront de frayeur, d’une frayeur horrible, Ma fille. Cette nuit-là, tâchez d’être en prière devant le Saint Sacrement ou dans vos maisons, les portes bien fermées, Ma fille, tu devras beaucoup souffrir dans ce monde méchant et corrompu. Je te donnerai beaucoup d’épreuves intérieures, mais en même temps Je t’aiderai à les supporter. Toi, Ma fille, tu as beaucoup douté de Mes avertissements. Ne doute pas, Ma fille, ne doute pas de tout ce qui sort de Ma bouche. Aide tant d’âmes qui en ont tant besoin. Sois forte, Ma fille, Je te le redis chaque fois que cela t’arrive. Tu dois être humble car sans humilité, on ne gagne pas d’âmes, Ma fille. Rends-toi compte que le péché d’orgueil est le péché qui conduit à tous les péchés du monde. Il faut être humble. Pense que Mon Fils a choisi ce qu’il y a de plus humble sur Terre ; l’humilité est le principal fondement de tout, Ma fille.

Continuez à prier le chapelet. Il conviendrait aussi que vous récitiez les quinze mystères. Il est très urgent de sauver beaucoup d’âmes et à chaque Rosaire beaucoup d’âmes se sauvent, Ma fille. Il faut aider Mon Fils et le Père éternel, il faut aussi Le consoler. Nos prières doivent retenir le bras de Sa colère. Je Le supplie constamment de vous donner davantage d’occasions ; beaucoup d’âmes se sauvent ; qu’Il retienne le châtiment, Ma fille. Il est très proche. Faites beaucoup pénitence. Priez le Saint Rosaire avec dévotion.Il est très important de réciter chaque jour le Rosaire. Offre tes douleurs pour la conversion de la Russie, Ma fille. La Russie, la Russie détruira tout.  Priez pour qu’elle se convertisse.  Observez Mes messages. Prêtez-y attention. Répandez-les dans le monde entier, ma fille. Qu’on les prenne au sérieux, car le châtiment est très proche. Je ne veux pas que [les hommes] se condamnent, avertis-les tous, car la douleur que J’éprouve est terrible, Ma fille. Adieu, Ma fille, Je te donne Ma sainte bénédiction. Adieu. 

Amparo : Ah ! Ah 1 Ah, Mon Dieu! Ah, mes os ! Ah, Seigneur ! Ah, mon Dieu! Ah, quelle douleur! Ah, Seigneur !

6 novembre 1981

La Vierge : « Je vais te donner un message, mais il sera très bref, Ma fille  les hommes sont très ingrats ; ils ne veulent rien savoir de leur Mère. Dis-leur à tous que les grâces dont ils ont besoin, ne leur parviendront pas tant qu’on n’aura pas satisfait Mon désir qu’une chapelle soit édifiée à l’endroit que Je t’ai indiqué. Dis-le à tous, Ma fille : Je désire que l’on construise une chapelle pour méditer la Passion de Mon Fils ; [Je demande] que l’on M’écoute, Ma fille, Mon Cœur est victime de douleur ; on ne fait pas cas de Moi. Dis-le aussi aux prêtres : qu’ils M’écoutent ; Je demande seulement que l’on prie, que l’on vienne méditer. Si l’on fait ce que Je demande, Je serai visible au milieu de Mes enfants, lors de la seconde Venue de Mon Fils, Jésus-Christ. 

Oui, Ma fille, l’on m’ignore ; je veux que l’on me croit, que l’on croit que je suis Marie, Marie des Douleurs. Comme l’on tient peu compte de Mes messages ! Dis à tous Mes enfants de se repentir et de ne plus écouter d’autres doctrines que celle de Mon Fils. Que l’on écoute la loi de Mon Evangile, des Evangiles de Jésus. Que l’on écoute la Parole de Dieu. La loi de l’Evangile, c’est la loi que Mon Fils a donnée à Sa Sainte Eglise, parce qu’en dehors de Son Eglise il n’y aura pas de salut, Ma fille. Dis-leur de M’écouter, car Je les aime tous. Et toi, Ma fille, n’aie pas peur, car Dieu est avec toi et si Dieu est avec toi, qui sera contre toi ? Oui, Ma fille, dis à tous Mes enfants, à ceux de ton entourage, de ne pas se laisser intimider ; et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que la volonté de leur Mère soit faite, qu’ils prient davantage; qu’ils pensent un peu plus durant la journée à leur Mère qui ne les oublie pas, pas même un seul instant. Dis-le leur, Ma fille. Adieu, Ma fille, observez Mes messages. Faites cas de Moi ; obéis à Nos ordres, les ordres de Mon Fils et les Miens. Ne vous laissez pas confondre, mes enfants; luttez, luttez jusqu’au bout. Adieu, Ma fille. Je te donne la sainte bénédiction. Adieu. 

Amparo : Ah ! Ah ! …

13 novembre 1981

Jésus : « Oui, Ma fille, voici ton Père Céleste comme Je te l’ai dit le premier jour de Mon apparition. Je suis ton Père Céleste. Je sais que tu souffres beaucoup, Ma fille ; comme si Je ne connaissais pas ces souffrances si horribles et ce qu’il en coûte de tout endurer pour l’Humanité si ingrate ! Je sais bien qu’ils ne méritent rien de tout cela, Ma fille, mais il faut les sauver, il faut les sauver coûte que coûte, Ma fille. Ecoute-Moi, Mon Cœur victime est las de l’ingratitude de Mes enfants bien-aimés. Je ne te parle pas de la méchanceté des impies, mais de la malice des chrétiens. Je vais te parler ouvertement de la situation du monde pour que tu comprennes le pourquoi de Ma Passion Mystique comme victime immolée pour le monde, Roi martyr de Ma Charité pour les âmes et comme Dieu méprisé de Mes créatures. Toute Ma sagesse, Ma fille, Je m’en suis servi pour donner [aux hommes] tous les moyens de parvenir à la jouissance de Mon Royaume Eternel ; toute Ma tendresse, Ma bonté, Ma miséricorde, Mes richesses, Ma magnificence et Mon amour, Je les ai utilisés pour attirer les hommes à Moi. Mais ils ne veulent rien, ce sont des ingrats. J’ai fait pour tous, ce que J’aurais fait pour Mes propres enfants, Ma fille ; ils n’en sont pas dignes du tout. Tout ce que J’ai fait pour eux, pour tous les hommes en général, Je l’ai fait, comme Je l’ai fait pour Mes élus ; 

Je l’ai fait pour un et Je l’ai fait pour tous en général, et à tous J’ai donné Mon exemple sur le chemin de ce monde.  Pour tous Je suis monté aux cieux revenant au sein du Père  et pour tous J’ai fait le miracle de la Consécration de l’Eucharistie, pour demeurer avec eux.  Pour tous et non pour quelques-uns seulement, Je suis enfermé dans ce sacrement nuit et jour, triste et souffrant.  Pour tous J’ai institué Mon sacerdoce privilégié,  et pour tous J’ai fondé la Sainte Eglise avec ses secours d’indéfectible vertu et d’unique espérance d’éternité. »

Amparo : « Quelles douleurs, mon Dieu; Je sais comme tu souffres! » 

Jésus : «  Ma fille, J’ai donné à tous Mes paroles de salut et de vie que conserve le Saint Evangile de la loi de la grâce et de l’amour; et Je l’ai manifesté très clairement en ces paroles : Aimez-vous les uns les autres. Je l’ai dit dans un langage accessible à tous. Et Je vous ai dit : Demeurez tous unis, demeurez en Moi afin que nous ne fassions qu’un, comme Mon Père et MoiNous sommes un. Mais, Ma fille, qu’a-t-on fait de ma parole, de ma doctrine, de mes desiderata, si ce n’est moquerie, crimes et trahison ? Vois, Ma fille, Mon Eglise bien-aimée s’est formée, Mon royaume s’est édifié et étendu dans les âmes. Mais l’Ennemi éternel est entré dans la race maudite pour s’emparer de tous et il a conquis toute la race. Il est venu aussi diviser la famille, laquelle a commencé à se détruire elle-même, lorsque des lois ont été promulguées. 

Je ne me plains pas de l’Ennemi ni de ses suppôts, parce qu’ils sont tous maudits. Je Me plains de ceux qui ont secondé l’action du mal alors qu’ils M’appartenaient.  L’Ennemi, Ma fille, veut séduire et il ne sait comment s’y prendre. Souvenez-vous toujours de Mes paroles, parce que si Je ne vous avais pas avertis…Mais Je ne cesse de vous prévenir. Si Je ne vous avais pas avertis, vous auriez moins de responsabilité, mais à partir de maintenant, quelle excuse aurez-vous, Mes enfants ! Vous ne pourrez pas vous disculper. Le dernier jour est proche, Ma fille, et en ce dernier jour, Je viendrai comme Juge. Ne l’ai-je peut-être pas dit à Ma Sainte Eglise ? Ne les ai-Je pas secourus avec des pasteurs? Je n’ai cessé de faire partout des miracles, de répandre l’amour ; mais ils n’ont pas voulu recevoir toutes ces choses d’un cœur pur. Bien sûr, tous ceux-là, sais-tu de qu’il s’agit ? Des ingrats, ceux qui ne Me sont pas reconnaissants. 

Ma fille, dis-leur qu’il est encore temps, qu’ils viennent tous à Moi, comme Je l’ai déjà dit en une certaine occasion : Venez à Moi, vous tous qui peinez sous le fardeau car Je vous soulagerai. Venez repentis et contrits, vous efforçant de vaincre les mauvaises tendances de vos passions et des séductions que le monde, le démon et la chair vous présentent, comme il le fit un jour au Paradis avec vos premiers parents naturels.  Dis-leur que lorsque Je les invite à venir à Moi, c’est avec l’intention de changer cette mauvaise vie de vices, de péchés, d’incrédulité, de malice, de commodités raffinées dont ils ont entouré chaque jour leur vie humaine ; parce que les hommes, précisément, doivent rendre leurs actions surnaturelles en imitant Ma conduite d’homme. Du commencement de Ma vie jusqu’à la fin, J’ai recherché en tout le sacrifice, la pauvreté, l’humilité, l’inconfort. C’est pourquoi Je suis né une nuit d’hiver au milieu des gelées et sur la paille d’une mangeoire, pour offrir à Mon Père le sacrifice réparateur et propitiatoire de payer la Justice divine pour vos péchés, Mes enfants. Vous tous, Mes enfants, vous avez l’obligation… (parole incompréhensible) de M’aimer, car c’est pour cela que Je suis descendu à vous, Me faisant semblable à vous en tout, sauf dans le péché. 

Dis aux jeunes, Ma fille, ce qu’est le véritable amour ; dis-leur de s’approcher de Moi ; et dans le silence, avec foi en Ma présence dans Mon Eucharistie, qu’ils Me demandent de leur révéler le secret du bonheur du cœur humain en cette vie et dans l’éternité. Ma fille, révèle-leur combien Mon amour t’a comblée. Dis-leur qu’il n’y a pas d’amour qui rende heureux s’il n’est greffé sur Mon amour. Oui, Ma fille, avertis-les tous. Regarde, Ma fille, aujourd’hui Satan est en train de célébrer sa fête dans les profondeurs de l’enfer ; tu vas le voir… regarde… comme les cavernes sont remplies d’êtres maudits, de pécheurs, d’injustes ; comme ils se cachent dans le feu ; ce sont des esprits mauvais, Ma fille. Pense que l’enfer est rempli de pécheurs et que c’est pour toute une éternité. Certains pensent : comment est-il possible que Dieu, si miséricordieux, puisse leur envoyer ce châtiment ? Oui, Ma fille, Mon Père Eternel est miséricordieux, mais il est juste et il donne à chacun ce qu’il mérite.

Vois combien d’esprits du mal s’y trouvent ; comme les âmes des pécheurs souffrent de tortures, Ma fille, pour leurs péchés ! Ici la mort n’existe pas, cependant, dans les demeures célestes la vie existe, Ma fille. Combien voudraient mourir pour ne pas souffrir ! Regarde Ma fille, pour ne pas que tu sois horrifiée et que tu restes sur ce goût amer, tu vas voir un coin de Ciel ! Ma fille, vois quel bonheur, quelle douceur, quelle paix, quelle joie, ici il n’y a pas de jalousie, de souffrance, tout n’est qu’amour. Là où Je suis, il ne saurait y avoir de souffrance, Ma fille ; là où sont Satan et ses suppôts, il n’y a que tourments et souffrances.  Avertis-les tous, dis-leur de se convertir, je ne veux pas qu’ils se condamnent, dis-le leur Ma fille, dis-le à tous. Sois humble, Ma fille, offre tes souffrances, prie davantage.  

Dis à ceux qui sont avec toi que je suis très content d’eux, ils observent bien mes messages ; qu’ils continuent ainsi, car ils sont aussi Mes enfants de prédilection parce qu’ils ont eu l’opportunité de voir tout cela. Dis-leur que lorsque Dieu agit, Il sait comment il le fait, où et de quelle manière Il le fait. Qu’ils soient humbles, eux aussi, car l’humilité est le fondement principal pour parvenir au ciel. Dis-le à tous, Ma fille. Oui, Ma fille, tu vas voir Ma Mère, tu la verras une seconde. Adieu, Ma fille, mettez en pratique les messages de Ma Mère et les messages de votre Père Céleste. Adieu, Ma fille.

La Vierge : Me voici Ma fille. Comment Moi, ta Mère Glorieuse, aurais-je manqué cette visite? Ne doute pas, Je t’apparaîtrai, Ma fille, tu continueras à Me voir. Souviens-toi que tu Me fais souffrir lorsque tu doutes que c’est bien Moi qui te parle. Je suis ta Mère, tu seras contente, Ma fille, de la récompense que Je t’ai donnée de voir ta maman de la terre ; elle est au paradis, grâce à tes prières. Oui, Ma fille, demeure dans l’humilité, continue à obéir pour qu’arrive ce jour glorieux où tu pourras la rejoindre, Ma fille. Ma pauvre fille ! Tu es certainement très ingénue; c’est pour cela que Je t’ai choisie et que Je te soutiens sur Mon propre Cœur pour que le démon ne te trouble pas. Prépare ton cœur, Ma fille, pour que tu sois prête quand arrivera le jour. 

Tu sais bien, Ma fille, que tu ne Me plais pas, que tu ne saurais Me plaire si tu n’es pas humble ; continue d’être humble et que tout ton entourage le soit également ; qu’ils soient des serviteurs fidèles à Ma doctrine et qu’ils prêchent et défendent la doctrine de Mon Fils, qu’ils soient fidèles à la mettre en pratique et à la prêcher ; dis-leur de s’humilier, car seuls les humbles peuvent Me plaire, Ma fille. Que toutes les âmes soient humbles, car il faut qu’elles le soient toutes pour que leurs services Me soient agréables, Ma fille ; prie pour tous, pour toute la génération, pour tous. 

Ils sont tous Mes enfants. Ma fille, pour Moi il n’y a pas de politique, Ma politique c’est l’amour et celle de Mon Fils, la croix. Dis-leur que celui qui n’a pas d’amour et n’observe pas les commandements de la Loi de Dieu, ne se sauvera pas ; le prochain, c’est  tout être humain. Moi ; Je ne fais pas de distinction de races ; la politique ne vous servira pas à vous sauver, Ma fille, mais à vous condamner. Adieu, Ma fille, sois humble jusqu’au dernier instant, applique les conseils de ton Père spirituel, car tu le sais, c’est un bon enfant de Dieu ; fais cas de Mes conseils et des siens. Adieu, Ma fille, adieu.

20 novembre 1981

Jésus : Me voici, ma fille ; voici ton Père ; je viens t’aider à supporter ces souffrances. Offre-les, Ma fille, pour la conversion des pécheurs, parce qu’ils empirent de jour en jour. Ecoute bien ce que Je te dis, Ma fille, et communique-le à tout le monde : si les hommes ne changent pas et s’ils continuent à abuser de Ma miséricorde, le monde se verra entraîné dans une grande guerre ; plusieurs nations seront détruites, il y aura beaucoup de morts, des nuages de feu tomberont et embraseront la Terre ; ce sera la chose la plus horrible que l’Humanité ait jamais connue. Dis-leur à tous, qu’ils ne tiennent pas compte des messages de Ma Mère, ni de ses exhortations [? traduction à vérifier : Diles a todos que no hacen caso de los mensajes de mi Madre, ni de sus súplicas; pero que sepan todos que el Castigo está muy cerca] ; mais qu’ils sachent tous que le Châtiment est très proche ; qu’ils sachent tous aussi que c’est Ma Mère qui retient ce Châtiment par Ses larmes et Ses douleurs ; toutes les souffrances qu’Elle endure pour tous Ses enfants, les avertissements qu’Elle donne, parce qu’Elle ne veut pas qu’ils se condamnent, mais les hommes ne font pas cas d’Elle.

Dis à tous, Ma fille, que le temps passe et les hommes ne changent pas ; ils commettent toujours des péchés, des sacrilèges et des crimes. Ils ne veulent pas se sauver, Ma fille, ce sont des ingrats ; dis-leur que le Jugement des nations est très proche. Dis-leur à tous de prier, de confesser leurs fautes, de se repentir, car Dieu va châtier toute l’Humanité ; Il enverra un châtiment comme il n’y en a jamais eu de semblable; qu’ils demandent pardon à Dieu, qu’ils prient, le Père Eternel attend qu’ils se repentent de leurs fautes, car il va y avoir de grands malheurs dans le monde et de grands tremblements de terre dans plusieurs nations. Cela est un Châtiment du ciel, Ma fille ; car ils abusent de la Miséricorde de Dieu. Qu’ils se repentent, Nous ne cessons de les prévenir ; Ma Très Sainte Mère apparaît en beaucoup de lieux et Elle donne des messages pour qu’ils soient diffusés dans le monde entier, mais on ne l’écoute pas. Oui, Ma fille, beaucoup d’âmes se sauvent ; mais il y en a beaucoup qui sont en état de péché mortel ; offre tes douleurs pour eux tous ; aide-Moi aussi à les endurer, console-Moi ; aide aussi Ma Mère, car son Cœur est transpercé de douleur par l’ingratitude de tant de pécheurs qui ne veulent pas L’écouter. Oui, Ma fille, cela est très dur, mais il faut que tu souffres, il faut qu’au moins un tiers de l’Humanité se sauve.  

Sois humble, Ma fille, parle avec ton père spirituel, qu’il te guide ; ne te relâche pas, Ma fille, prends conscience que l’ennemi rôde tout autour de cela, ne sachant comment le détruire. Ce message, Ma fille, tu peux le donner à tous Mes enfants. Dis-leur à tous, Ma fille, de se repentir, de faire beaucoup de sacrifices et de faire pénitence. Il est très important de prier le Saint Rosaire tous les jours. Surtout dis-leur de le faire avec beaucoup de dévotion car le monde est au plus mal, et par leur prière beaucoup d’âmes se sauvent, dis-le à tous Mes enfants.Adieu, Ma fille, Je te donne Ma Sainte Bénédiction. 

La Vierge : « Ma fille, Je suis ici pour te consoler. Me voici, Je serai avec toi jusqu’au dernier instant. Offre ces douleurs pour tous Mes enfants, pour tous les pécheurs. Beaucoup d’entre eux n’ont pas connu Mon Fils ; ce n’est pas de leur faute s’ils sont, de fait, en état de péché mortel ; ils n’ont eu personne qui leur enseigne la doctrine, prie pour eux tous, comme Moi-même Je supplie Mon Fils.  » Oui, Ma fille, tu ne sais pas combien d’âmes montent au ciel par l’intermédiaire de vos prières ; elles montent en une foule lumineuse, en bandes lumineuses vers le ciel ; cela Me donne beaucoup de joie malgré que J’éprouve une grande tristesse car il y a beaucoup de pécheurs qui ne veulent pas se sauver. J’intercède pour eux, mais ils ne tiennent pas cas de Moi, ils ne veulent pas se sauver. Je sais, Ma fille, que tu pries pour les prêtres. Beaucoup de prêtres ne méritent pas une prière, car ils ne cessent d’offenser Mon Fils.

Oui, Ma fille, certains prêtres, ministres de Mon Fils, à cause de leur mauvaise vie, de leurs erreurs, de leurs irrévérences, de leur mauvaise disposition lorsqu’ils célèbrent les saints mystères, à cause de leur amour de l’argent, des honneurs et des plaisirs, manquent de la pureté requise, Ma fille. Les péchés des personnes consacrées appellent le Ciel et attirent la vengeance. Voici que la vengeance est à leurs portes, parce qu’on ne trouve presque plus personne pour implorer miséricorde et pardon pour le peuple ; il n’y a pas d’âmes généreuses ; il n’y a presque plus personne qui soit digne d’offrir à l’Eternel une victime sans tache en faveur du monde. Dieu va châtier d’une manière sans précédent. Ah Ma fille ! Pauvres habitants de la Terre et pauvres ministres de l’Eglise ! Dieu va envoyer son châtiment et personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis. Oui, Ma fille, certains prêtres offensent beaucoup Mon Fils. Beaucoup d’entre eux ne sont pas dignes de célébrer les mystères sacrés de l’Eucharistie, à cause de leur manque de foi et de leurs mains souillées d’impuretés. Un grand châtiment va s’abattre sur eux, car ils ont encore plus de responsabilité que quiconque et parce qu’ils condamnent beaucoup d’âmes. Oui, Ma fille, certains chefs et guides du peuple de Dieu ont délaissé la prière et la pénitence et le démon a obscurci leur intelligence.

Les mauvais livres abonderont sur la Terre ; les esprits des ténèbres répandront de tous côtés le relâchement universel dans tout ce que le service de Dieu requiert, Ma fille.  Le Vicaire de Mon Fils aura beaucoup à souffrir, parce que, pendant un temps l’Eglise sera livrée à de grandes persécutions ; ce sera le temps des ténèbres, l’Eglise passera par une crise affreuse. Oui, Ma fille, on abolira le pouvoir civil et ecclésiastique. Chaque individu devra se guider par lui-même et s’imposer à ses semblables. Toute justice sera foulée et bientôt, de toutes parts, on ne verra rien d’autre qu’homicides, haines, discordes, on ne verra pas d’amour dans l’Humanité ni dans les familles. Oui, Ma fille, oui, beaucoup, de prêtres détruisent l’amour envers Mon Fils, et beaucoup d’âmes se condamnent à cause de leur mauvais exemple. Je ne veux pas penser au châtiment qui leur arrive. Mes enfants, aidez-les tous par vos prières ; priez pour eux et faites beaucoup de sacrifices; priez pour que leurs âmes se purifient, Mes enfants. Mon Fils porte une croix très pesante à cause d’eux ; qu’il ne vous importe pas de souffrir [traduction à revoir de « qu’il ne vous importe pas de souffrir »], Mes enfants, car ensuite, regarde ce qui vous attend; comme tout ceci est merveilleux. Ici, il n’y a pas de jalousie, Mes enfants ; ici, il n’y a pas de méchanceté, tout n’est qu’amour, tout n’est que félicité, tout n’est que pureté. Souffrez mes enfants, car il vaut la peine de souffrir pour obtenir tout cela. Sois humble, Ma fille, tu sais que l’humilité est la base principale de tout et c’est l’orgueil qui condamne tous les hommes car l’enfer est rempli d’êtres orgueilleux et Satan a formé son armée avec l’orgueil.  Sois humble, Ma fille, obéis à ton père spirituel, tiens cas de ses conseils.  Répandez Mes messages dans le monde entier.  Adieu, Ma fille, sois forte, Ma fille. Adieu.

25 novembre 1981

(Alors qu’elle vaquait à ses occupations, Amparo  souffre la Passion du Seigneur et reçoit le message suivant).[Stigmates d’Amparo] 

Jésus : « Ma fille, tu sais ce que Je t’ai fait hier. [en priant le Saint Rosaire au Pré-Neuf, elle tombe en extase, elle souffre également les douleurs de la Passion et reçoit les plaies mais sans saigner] Ne crois pas que ce soit une épreuve ; ce n’est nullement une épreuve, c’est comme si tu avais subi la Passion. dorénavant tu endureras les douleurs ; Moi aussi Je les souffrirai avec toi ; mais Moi Je verserai Mon sang pour que grâce à ce sang qui est Mien, tu te purifies, Ma fille, et que tu te fortifies. Tu auras les plaies mais elles seront invisibles de l’extérieur ; mais tu les ressentiras comme si elles étaient apparentes. Ma fille, sois forte ; ne crois pas que Ma Mère et Moi-même, Nous  ne t’aimons pas. Tu es toujours présente dans Notre Cœur. Ma fille, recherche l’humiliation; c’est principalement ce dont Je te charge très souvent. Cherche ta simplicité; c’est l’unique chose qui te sauvera des astuces du démon. Ma fille, sois humble et sois simple. Adieu, Ma fille, adieu. 

La Vierge : « Oui, Ma fille, Me voici près de toi, le Cœur déchiré de douleurs par tant d’offenses que l’on commet dans le monde. Ma fille, Je suis ici pour te donner un message : dis à ton père spirituel qu’il n’ait pas autant de doutes sur ce que J’ai dit au sujet du Corps de Mon Fils qui n’était pas consacré. Il peut arriver parfois que le Corps de Mon Jésus bien-aimé ne soit pas consacré, parce que le prêtre avec ses mains souillées par le péché, a perdu la foi en Mon Fils bien-aimé et n’a pas l’intention de consacrer, et pendant la Messe qu’il célèbre, il ne L’invoque pas, il ne pense pas à Lui, et Mon Fils ne descend pas ; Il ne descend pas parce que le prêtre ne croit pas en Lui. Certains prêtres célèbrent la messe par routine, pour l’argent ; alors dis à ton père spirituel de ne pas douter, car il y a des prêtres qui ne sont pas dignes de célébrer la Messe, ni de toucher le Corps Sacré de Jésus. Ils ne cessent de commettre beaucoup de péchés et Mon Fils en éprouve une douleur si intense. Il ressent dans Son Cœur les offenses commises par eux. Il en comble beaucoup de talents et ils [les prêtres] se les approprient eux-mêmes, ils en tirent orgueil; ils s’enorgueillissent, Ma fille, leur orgueil les remplit de vanité et devient leur perdition. Car Moi, Ma fille, Je frappe continuellement à la porte de leur cœur mais ils ne veulent pas M’accueillir. Ils opposent de la résistance, Ma fille, ils résistent ; c’est pourquoi Je laisse agir la justice de Mon Fils. Mon Fils les a créés sans leur volonté, mais quant à eux, ils sont libres de se sauver ou de se condamner. Intercède pour eux. Dites chaque jour cette invocation:  

Mon Jésus, par votre cœur très aimant,  je vous supplie d’embraser dans le zèle de votre amour et de votre gloire,   tous les prêtres du monde, tous les missionnaires, toutes les personnes chargées de prêcher votre divine Parole, afin que, brûlant d’un saint zèle, ils conquièrent les âmes et les conduisent à l’asile de Votre Cœur où elles Vous glorifieront sans cesse.

Ces douleurs intérieures, Ma fille, offre-les pour eux tous ; si tu as besoin de quelque chose, demande-le Moi. Ma fille, laisse-toi guider par ton père spirituel. Les mauvais prêtres martyrisent sans cesse Notre Cœur.  Offre tous tes actes pour eux et dis-le à ton père spirituel, lui qui est dans la plus grande confusion et le doute. Ce qui t’est arrivé hier, n’est pas une épreuve; ce sont les signes des plaies. Tu éprouveras les mêmes souffrances mais sans verser une seule goutte de sang. Tu dois devenir plus forte car il nous reste encore beaucoup de missions à accomplir. Adieu, Ma fille, adieu.

11 décembre 1981

Amparo : Ah, ah, ah, mon Dieu! Ah, ah, mon Dieu! Ah, quelle douleur! Ah ! Ah ! Ah ! (Plaintes continuelles de Luz Amparo). 

Jésus : « Ne crains pas, Me voici… Ma fille, Je sais que tu souffres, mais comme toujours, Je te dis : il faut souffrir pour sauver des âmes. 
Me Voici, et là où Je suis, là est la croix… Reçois cette croix avec grand respect, Ma fille, avec grand respect et amour pour le salut de tant d’âmes qui sont en état de péché mortel. Offre-la au Père Eternel ; dis-Lui : 

Père Eternel,  par la Passion de Votre Fils,  par ce qu’Il a souffert, par ces douleurs si intenses,  je m’unis à cette Croix.  Oh Mon Père! Oh Père Céleste!  Voyez les plaies de Votre Fils, et daignez les recevoir  pour que les âmes s’ouvrent aux appels de la grâce.  Que les clous qui transpercèrent Ses mains et Ses pieds, transpercent les cœurs endurcis par le péché !  Que Son Sang les attendrisse et les incite à faire pénitence!  Que le poids de la Croix sur les épaules de Votre Divin Fils, conduise les âmes à se décharger du poids de leurs fautes au tribunal de la Pénitence! Père Eternel, je Vous prie, pour toutes ces âmes. Par la Passion de Votre Fils, je vous offre toutes mes douleurs. Je vous offre aussi, oh Père Céleste, cette couronne d’épines de Votre Fils bien-aimé.  Par ces douleurs, je Vous prie pour les prêtres :  que leur vocation soit plus grande! Qu’ils soient purs!  Qu’ils soient de bons enfants de Dieu,  dignes de consacrer les Saints Mystères de la Sainte Messe!  Je Vous offre aussi les souffrances que Votre Fils a endurées, cloué sur cette Croix,  Sa soif ardente et tous les autres tourments de Son agonie,  pour tous les pécheurs,  pour qu’ils se repentent de leurs fautes.  Pour cette persévérance avec laquelle Votre Fils pria pour ceux-là mêmes qui Le crucifiaient,  et humblement Vous demandait: « Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font »,  
je Vous prie de concéder à toutes les âmes un grand amour envers leur prochain  et la fidélité envers Votre Fils.  Oui, Mon Dieu, je Vous en supplie parce que c’est Jésus qui me le demande.

Quand tu te sentiras affligée, Ma fille, récite toujours cette prière.  Quand tu te sentiras triste, remets-t’en à Ma Très Sainte Mère, car Elle t’aidera, Ma fille.  Comme tu Me consoles, Ma fille, quand tu fais tout ce que Je te demande! Demande-Moi de t’aider, car Je te réconforterai.  Pense que c’est celle que J’aime le plus, qui souffre le plus.  Laisse-toi posséder par moi et te consumer en moi. Vis pour moi, et offre tout pour le salut des âmes. Souviens-toi, Ma fille, que les âmes que Je choisis doivent être des victimes de douleur, mais il vaut la peine de souffrir. Aide-Moi à sauver beaucoup d’âmes, n’admets pas qu’elles s’éloignent de Moi.  Ne crains pas, Je ne te demande rien d’autre que de la bonne volonté ; efforce-toi autant que tu le peux, de Me témoigner ton amour.  Pense que Je te veux toute petite, si petite que tu puisses te placer en Moi.  Beaucoup d’âmes se sauvent par le Rosaire, continuez à le réciter avec dévotion en l’offrant pour la conversion de la Russie, car la Russie est le fléau de l’Humanité. Fais beaucoup de pénitences et offre-les pour la Russie.  

Ne mêle pas la politique à Ma doctrine, n’y consens pas,  et n’accepte pas que quiconque mêle la politique à la doctrine du Christ ;  dis-leur que le Christ ne veut pas de politique.  Demande la souffrance et demande l’amour, Moi, Je suis constamment avec la Croix pour les racheter tous. Mais ils ne font pas cas de Moi, ils ne tiennent pas compte des messages de Ma Mère. Je veux que l’on se repente,  que l’on observe les saints commandements,  que l’on confesse ses fautes,  que l’on demande pardon ;  Je les attends les bras grands ouverts. Ne crains pas l’ennemi ; pense que Je suis ton Roi, ne crains pas les ennemis. L’ennemi enrage; pense que beaucoup d’âmes se sauvent ; pense que Je suis ici pour te défendre.  Ne crains pas, Je saurai te défendre ; Je te veux toute petite avec l’humilité, avec la simplicité, toute entière obéissante ; ce sont les étrennes que Je vais te demander : que tu sois humble. C’est l’unique façon de se sauver, en étant humble.  Regarde Ma fille, offre tout pour la conversion des âmes ; nous allons réparer ensemble les offenses que les pécheurs commettent sans cesse. Mets-toi à genoux quand tu te sentiras affligée et adore la Majesté Divine si méprisée par les hommes ; fais un acte de réparation et répète à chaque instant : 

Oh Dieu infiniment saint, je me prosterne humblement devant votre divine majesté. Je vous adore. Je prie votre divin fils, je vous prie pour le pape ; je vous demande aussi de pardonner à tant de pécheurs qui vous offensent. 

Offre toute ta vie et tes désirs en réparation de tant d’ingratitude. Prie pour le Vicaire du Christ; sois persévérante dans tes prières ; humilie-toi, prie pour le Saint Père ; il va beaucoup souffrir ; Je serai avec lui jusqu’au dernier instant pour recevoir son sacrifice et sa vie. Le monde est au bord du précipice ; la franc-maçonnerie s’est introduite dans l’Eglise ; la société est proche des châtiments les plus terribles. Il y aura beaucoup de morts, de maladies, de grandes guerres; priez, car la prière peut tout, priez beaucoup pour le salut des âmes, pour le salut du monde entier. Adieu, Ma fille, adieu.

La Sainte Vierge : « Oui, Ma fille, voici ta Mère. Ta Mère et la Mère de tous Mes enfants, ne pouvait manquer [d’être là], Mon Fils l’a dit alors que J’étais au pied de la croix : « Mère, voici Mes frères,  prends-en soin et aime-les ». Et II a dit aussi: « Vous n’êtes pas seuls, vous pour qui J’ai donné Ma vie, vous avez maintenant une Mère à laquelle vous pouvez avoir recours dans toutes vos nécessités ». Ma fille, les hommes empirent de jour en jour : les ministres de Dieu, les Evêques ont négligé la prière et la pénitence et le démon s’en est emparé. ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux serpent traînera avec sa queue pour les détruire. Dieu permettra à Satan de semer la division parmi les gouvernants, les sociétés et les familles. II y aura beaucoup de peines physiques et morales. Dieu les abandonnera et leur enverra beaucoup de châtiments. Ma fille, par ta prière et celle de tous Mes enfants, faites que beaucoup d’âmes se sauvent ; qu’elles ne se condamnent pas, car elles ne font pas cas de Moi. La miséricorde de Dieu est très grande, mais elles ne veulent pas se sauver. Les tourments qui s’approchent d’elles sont horribles. Explique ce que tu vois en ce moment [Vision de l’enfer] 

Amparo : Je vois une planète obscure et marécageuse qui est pestilentielle; je vois beaucoup d’êtres abominables luttant les uns contre les autres, en train de blasphémer ; ils sont embourbés jusqu’à la ceinture ; maintenant ça sent le soufre ; on entend des gémissements de tous côtés; c’est horrible »

La Sainte Vierge : « Oui, Ma fille, vois leurs visages défaits par les souffrances ; on n’entend rien d’autre que des lamentations ; vois, il n’y a ni forêt, ni rivière, il n’y a qu’obscurité et ténèbres. N’est-il pas triste de penser qu’ils se condamnent tous, de leur propre gré ? Pense, Ma fille, que c’est pour cela que je les avertis constamment car Je ne veux pas qu’ils se condamnent. Mais ils sont  ingrats, ils ne veulent pas en tenir compte. [Vision du Paradis] Vois, Ma fille, comme cette planète est différente ; ces planètes sont distantes de la Terre, ce sont les demeures, sur lesquelles il y a la vie éternelle. Vois à quelle distance immense elles se trouvent par rapport à la Terre. Regarde ces lacs aux couleurs immenses ; vois ces âmes si pures ; ces prés remplis de belles fleurs; ces arbres aux beaux fruits, comme tu n’en as jamais vu nulle part sur Terre.

Je crois qu’il vaut la peine de souffrir pour jouir ici éternellement, Ma fille, ne te relâche pas, Je te le dis à nouveau, demande conseil à ton père spirituel, il te guidera, c’est une âme choisie par Mon Fils et Mon Fils l’éclairera pour te diriger. Ne crains pas, Nous serons là pour vous guider tous les deux. Mon Fils et Moi, nous souffrons constamment à cause de la perversité du monde. Les hommes ne se rendent pas compte que le temps approche et ils ne changent pas. Ma fille, ta misère ne doit pas te décourager, reconnais-la humblement ; mais ne perds pas courage, car tu sais que, à cause de ta misère et ton indignité, Mon Fils Jésus a posé les yeux sur toi. Demande beaucoup d’humilité mais aie une grande confiance. Souffre, Ma fille, et offre tout au Père Eternel pour le salut du monde.  Le monde est en grand danger, dis à Mes enfants de prier davantage ; [dis-leur] de commencer une nouvelle phase de leur vie. Qu’ils se fixent un horaire pour le travail et il leur restera du temps pour la prière. ils peuvent ainsi aider beaucoup d’âmes ; qu’ils fassent de l’apostolat ; qu’ils demandent conseil à un prêtre sur la façon dont ils peuvent faire de l’apostolat. Adieu, Ma fille. Priez le Saint Rosaire tous les jours; méditez un instant chaque mystère. II faut réciter les quinze mystères du Rosaire, car à chaque Rosaire beaucoup d’âmes se sauvent.  Adieu, fille ; adieu, Ma fille.

18 décembre 1981

Amparo : Ah, ah, mon Dieu! Ah, ah ! 

Amparo : «  Je vois le Seigneur au Jardin des Oliviers. Le Seigneur est très triste, il est à  genoux et nerveux. il se lève une fois, puis encore et encore, à trois reprises. il regarde vers le ciel, en implorant son Père Céleste. il y a trois disciples à côté de Lui. Leur visage est triste en voyant le Seigneur qui est très nerveux et qui souffre beaucoup. Le Seigneur s’agenouille, les mains jointes, et prie le Ciel. Le soleil commence à s’obscurcir. Le Seigneur continue de prier, et le sang coule de Son front et de Son visage. il est vêtu d’une tunique blanche allant jusqu’aux pieds. On voit le sang couler jusqu’au dessous de sa tunique. Plusieurs soldats sont là, ils Le saisissent et Le menacent avec une épée. Le Seigneur les regarde avec peine et parmi les soldats, se trouve Judas. Le Seigneur le regarde à nouveau avec peine. Judas se met en avant de tous les soldats et lui dit. .. (paroles dans une langue étrange). Je ne sais ce que c’est, je ne l’ai pas appris. Et les disciples sont là, ils sont très fâchés et crient… (L’on entend des mots dans une langue étrange). Je ne sais ce que cela signifie, je ne le comprends pas. Saint Pierre est à côté de Jésus et avec une courte épée, il coupe l’oreille d’un soldat. Le Seigneur lui dit : « Qu’as-tu fait ? Moi J’ai prié Dieu pour eux. Range ton épée dans le fourreau. Ne sais-tu pas que celui qui tue par le fer, mourra par le fer ? « . Alors Saint Pierre lui dit : « Rabbi, mais l’on T’a fait des menaces avec l’épée… ».  » Kephas, mets-toi à genoux; sois pierre de… (mot incompréhensible) pour eux « . Seigneur ! Il a pris l’oreille et l’a placée au soldat… (coupure) ils sont en train de faire… revient pour le salut de son âme… (coupure). Voilà ce qu’a dit le Seigneur à Saint Pierre… (coupure).Il y a beaucoup de soldats avec Jésus. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze… (coupure), seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf, vingt. Ensuite beaucoup d’autres le suivent, (les mots en italique sont quasi incompréhensibles) avec des tuniques très bizarres et des galons très brillants. Les galons allongent les tuniques, elles sont très brillantes. En ce moment il y a aussi quatre bourreaux; ils attachent le Seigneur à une poutre. Ils Lui ont déjà enlevé tous Ses vêtement;

(Ensuite Amparo  décrit, au milieu des sanglots, la scène de la flagellation, mais la plupart des mots sont incompréhensibles à cause de l’émotion de la voyante et d’un enregistrement déficient. Ci-après nous transcrivons ce que l’on peut entendre assez clairement). 

C’est horrible! Ah! C’est horrible… ! (Paroles incompréhensibles)… 
sur le corps, dans les jambes, sur la poitrine, le Seigneur est tout ensanglanté comme un…, Il pleure. 

Il est à terre, maltraité, en sang. On applique un fer brûlant sur ses parties intimes. On lui assène des coups de pied, et on lui crache sur la bouche. On urine sur Lui.C’est horrible ! Cela est horrible ! Comme ma douleur est écrasante ! Ah, quelle douleur ! 

Jésus : Oui, Ma fille, voilà ce que J’éprouve sans cesse à cause des pécheurs, à cause de la perversité du monde et des péchés d’impureté. A un autre moment, tu verras toute la cruauté qu’ils ont eue à Mon égard. Je sais que tu es en train de ressentir ces douleurs si profondes, mais offre-les pour le salut du monde ; offre-les aussi pour la conduite du clergé et le relâchement futur des couvents, pour tous mes prêtres, pour les péchés d’impureté que certains commettent sans cesse. Ils ont négligé la prière et oublié les choses de Dieu. Par leurs prières, ils pourraient sauver beaucoup d’âmes. Prie aussi pour la conversion de la Russie. La Russie se convertirait si les évêques satisfaisaient aux desiderata du Père Céleste et entreprenaient une véritable réforme dans le clergé ; car dans Mon Eglise, il n’y a que de la politique, et la politique détruit Ma religion catholique… Parce que dans beaucoup de couvents, l’on détruit la Foi Catholique et l’on n’en tient pas compte.

Mais s’ils ne prennent garde, la Russie sera une fois de plus le châtiment par lequel Dieu les punira sévèrement.

Ils ne font pas cas, ils aiment l’argent. Ils vivent comme le riche avare. Offre la victime Divine au Père Eternel pour leurs âmes. Ces douleurs servent à la purification de beaucoup âmes. Cette douleur que tu ressens, est une étincelle de Mon cœur qui est transpercé, par l’ingratitude de tant de pécheurs. Quand tu la ressentiras très fortement, prends soin de l’offrir pour ces âmes qui ne veulent pas savoir, qui se condamnent de leur plein gré.  Fille, offre tout au Père Eternel en union avec Mes souffrances, avec Ma mort sur la croix et avec les douleurs de Ma Mère ; offre tout pour le salut du monde. En union avec Moi, chaque jour Je te donnerai, deux heures d’agonie ; offre-les pour les prêtres, car Je souffre constamment pour eux. N’aie crainte de souffrir ; la souffrance est un trésor et bientôt tu en recevras la récompense. Je veux que tu fasses beaucoup de pénitence et que tu pries avec beaucoup de dévotion. Ne cesse pas de recevoir Mon Corps, car Je te réconforterai. Demande conseil sans relâche à ton père spirituel afin qu’il te guide ; il semble déjà que ses doutes le quittent ; Moi Je l’éclairerai pour qu’il te guide, prie pour lui, car il va en avoir aussi grand besoin ; mais, plus on le persécutera, plus on vous calomniera, plus vous serez proches de Dieu. Pensez que Je viens pour souffrir avec vous. J’ai souffert ces calomnies, ces impuretés qu’ils ont commises envers Moi, ces blasphèmes. Et en une seconde, j’aurais pu détruire le monde; mais non, Je ne l’ai pas fait. J’ai voulu racheter l’Humanité, pour que tous se sauvent; mais ces ingrats, ils me paient en retour, en Me clouant chaque jour et ce ne sont que des ingrats ; ils ne veulent pas écouter les messages; prie pour eux afin qu’ils se sauvent tous. Adieu, fille, Je te donne la Sainte Bénédiction. 

La Sainte Vierge : Ma fille, crois-Moi, Je suis toujours avec toi. Oui, fais tout ce que Mon Fils te demande ; aime-Le, remercie-Le pour tout ce qu’il t’a dit, pour la faveur qu’il t’a faite en t’appelant et te choisissant pour être Sa fille de prédilection. Aime-Le beaucoup. Pense qu’il souffre Lui aussi avec toi. Ne compte pas sur tes propres forces, mais uniquement sur Jésus. II te donnera la force nécessaire et Moi Je t’aiderai. Cela, nous le faisons constamment avec les âmes privilégiées. Ce que Je suis en train de te dire, Je l’ai déjà dit à plusieurs de Mes filles de prédilection. Persévère dans la prière. Priez le Saint Rosaire avec dévotion et offrez-le pour le salut du monde et le salut des âmes. 

II faut faire beaucoup de sacrifices et de pénitences et visiter souvent le Saint Sacrement, car Mon Fils est très triste et très seul. Mais auparavant, il faut être très bon. Dis-le leur à tous : il faut confesser ses fautes ; que l’on se confesse et que l’on se repente. Faites-le car nous voulons vous sauver tous. Si vous ne le faites pas, un grand châtiment surviendra pour toute l’Humanité. Publiez mes messages partout dans le monde, car Je suis en train de donner beaucoup d’avertissements. Des Prêtres, des Evêques, des Cardinaux et la majeure partie du clergé, vont sur le chemin de perdition et à cause d’eux, beaucoup d’âmes sont en train de se condamner. Il faut prier pour eux. Offre ces deux heures d’agonie pour eux. Dis-leur à tous de demander pardon au Père Céleste qui les attend, les bras ouverts. Dis-leur de prier chaque jour les trois parties du Rosaire, les quinze mystères ; qu’ils les offrent pour le salut des âmes, pour la conversion des pécheurs. 
Le monde est en grand danger. Adieu, Ma fille, sois humble ; souviens-toi que tu es un néant et que c’est uniquement grâce à la miséricorde de Dieu que tu peux être quelque chose ; aie confiance. Pense que [seule] tu ne peux rien ; laisse-toi guider. Remercie Dieu tous les jours. Adieu, Ma fille, adieu.

25 décembre 1981

Amparo : Ah, ah, Seigneur! Ah, Mon Dieu! (Amparo passe par des moments de douleurs intenses).

Jésus : « Oui, Ma fille, Me voici ; Je viens te tenir compagnie. Nous sommes tous les deux avec la Croix ; place-toi, contre Ma poitrine, contre Ma poitrine, contre Moi pour te défendre de l’ennemi ; mais toi aussi, défends-Moi des outrages et insultes dont J’ai été victime à la cour d’Hérode. Contemple la honte et la confusion que J’y ai subies en entendant les rires et les moqueries que cet homme lançait contre Moi. Offre sans cesse tes actes d’adoration, de réparation et d’amour pour le salut des âmes.  Aujourd’hui tu vas Me consoler. Je vais te donner un message, mais il ne sera pas très long. 

Aujourd’hui Je veux que tu Me consoles parce qu’en ces jours, beaucoup d’âmes se condamnent.  Je veux que tu ne te sépares pas de Moi.  Demande à Mon Père de pardonner à tant d’âmes ingrates qui L’offensent.  Dis-Lui aussi qu’avec ta petitesse, tu es disposée à réparer les offenses qu’Il reçoit.  Demande-Lui aussi de te couvrir du sang de Mon Cœur, bien que tu sois une victime très misérable. Demande pardon pour toutes ces âmes, unis tes sentiments au zèle et à l’ardeur qui Me dévore.  Je ne veux pas que ces âmes s’écartent de Moi. Je les aime tant, bien qu’elles M’offensent constamment. Je les aime et Je veux leur dire à toutes qu’elles sachent que Je souffre pour elles.  Si elles savaient la prédilection que J’aie pour ces âmes qui demandent pardon pour leurs fautes et se repentent. 

Ne Me laisse pas seul. Pense que beaucoup d’âmes M’ont oublié et il y en a tant qui ne sont occupés qu’à se divertir, sans se soucier de leur âme. Mes propres âmes choisies elles-mêmes, M’abandonnent et Me laissent seul des journées entières ! Bien que Je leur parle, elles ne veulent pas M’écouter parce que leur cœur est trop attaché aux biens de la Terre. Tu ne sais pas, Ma fille, comme Je suis consolée par ces âmes lorsqu’elles Me tiennent compagnie ; elles ne se figurent pas à quel point Mon Cœur les aime. Certaines âmes sont de grandes pécheresses, mais elles se repentent et ce sont ces âmes qui véritablement portent Ma croix. Quelle joie, quand ces âmes confessent leurs fautes et quel soulagement Je ressens dans mes souffrances, lorsque Je vois ces âmes se repentir ! 

Parmi ces âmes qui ont tant péché, il y en a beaucoup qui M’aiment vraiment ! Oui, Ma fille, quelle douleur J’éprouve quand Je vois qu’il y a beaucoup d’âmes qui refusent Ma croix! C’est pourquoi nous devons souffrir les deux ensemble pour aider ces âmes qui ne veulent pas s’approcher de Moi.  Prie mon Père Céleste et quand tu endureras ces souffrances, dis-Lui :  » Oh, Mon Père, Père Céleste, je Vous offre ces douleurs, ces souffrances et cette solitude afin que Vous daigniez pardonner et soutenir ces âmes lorsqu’elles passeront de ce temps à l’éternité. »  Tu verras, Ma fille ; Je te donne cette croix; tu expérimenteras la souffrance; raconte:

[Vision de Jésus portant sa croix et maltraité par les soldats romains] Amparo voit Jésus sur le chemin de croix. Aujourd’hui Jésus suit un chemin rempli de pierres, avec la Croix sur son épaule. Ah, il est tout couvert de sang ! – Ah, ah, ah ! Les bourreaux Le rouent de coups à nouveau, ils Le  poussent encore avec la Croix; le Seigneur n’en peut plus. Ah ! Il continue à marcher, Il trébuche, on Le fouette ! Ah. ah ! Comme elle est lourde ! Ah, mais Il n’en peut plus ! Ah ! Son épaule droite est tout en sang ; on L’a tiré par le vêtement ; ils ont déchiré Sa tunique ; des flots de sueur mêlée de sang coulent sur tout le visage. Comme le Seigneur souffre! Il regarde tout le monde ; personne n’a pitié de Lui. Il grimace de douceur ; personne n’a pitié de Lui. Ah, comme on Le regarde avec rage! Il a une grande fatigue ; Il tombe, Il tombe sous le bois; ces hommes forts Le relèvent ; ils déchirent Son vêtement en tirant dessus ; on voit Son dos rempli de sang ; il Lui manque des lambeaux ; ils Lui donnent des coups de pied pour qu’Il se relève. Ah, on voit que Ses vêtements sont collés à Ses blessures ! Ils Le prennent par le cou, Le tirent par les cheveux et fouettent Son corps ; les poings serrés, ils Lui donnent des coups au visage ; ils recommencent à Lui administrer des coups de pied ; Il retombe chargé de la Croix ; Il se met à saigner encore à flots ; Son visage tombe à terre, sur les pierres.

Ah, comme Il saigne, comme Son visage est rempli de poussière et de boue ; on ne dirait même pas que c’est Jésus ! La Vierge arrive, Elle Le voit dans cet état ; La Sainte Vierge se serre la poitrine ; la Très Sainte Vierge se sent mal ; deux femmes la soutiennent ; la Vierge souffre beaucoup. On La pousse également. Elle tombe sur l’une des deux femmes. Le Seigneur La regarde et Lui dit :  » Ma Mère, ne souffre pas ». Quelle douceur immense ! Ah, quelle douceur ! Ah ! La Vierge Le regarde, les yeux grands ouverts ; le Seigneur ne peut pas La regarder, Ses yeux sont tels qu’Il ne peut les ouvrir ; ils sont en sang. Quel visage! Ah, Seigneur! Quelle douceur j’éprouve! Ah !

Le Seigneur continue à marcher avec la Croix, la Vierge Le suit derrière Lui ; « Il n’en peut plus », se disent entre eux les bourreaux ;  » cet homme va mourir avant d’arriver au Calvaire ». Alors ils appellent un homme qui sort de la foule et lui disent :  » Combien nous prends-tu pour porter la Croix et aider le Nazaréen à La porter » ? Ah Seigneur ! Il s’appelle Simon, il a pris la Croix du Seigneur. Le Seigneur est retombé, on Lui crache encore dessus, on Le frappe. Le Seigneur regarde à nouveau Sa Mère ; Sa Mère Le suit en pleurant, soutenue par deux femmes. Ah, Son épaule est toute déchirée ! II regarde tout le monde ; tous se moquent de Lui. Ah, quel supplice Lui infligent-ils, mon Dieu! Ah, ah ! Ils Lui disent : « En voilà un Roi qui ne peut même pas venir à bout d’un madrier » ! Ah, Ah, je ne peux plus regarder ce spectacle! Je ne peux plus le voir! Ah, je ne peux pas Seigneur !

Notre Seigneur: « Oui, Ma fille, Je sais que tu ressens la même douleur. Tout pour l’Humanité, cette Humanité si vide. Pense que je n’ai pas ouvert Ma bouche pendant les affronts dont J’ai été victime au cours de Ma Passion. Et Je continue à souffrir tous les jours – pour tant de pécheurs. Avec cette souffrance, Je n’ai d’autre désir que de sauver des âmes, de glorifier Mon Père et Lui rendre l’honneur que le péché Lui avait enlevé ; Je ne pense à rien d’autre qu’à réparer les offenses des hommes. Voilà pourquoi Je Me soumets constamment avec une profonde humilité à tout ce qu’il dispose. Je fais Sa volonté. (Parole incompréhensible). Ma fille, dis à tous les pécheurs de ne pas s’enfuir, qu’ils viennent tous, parce que Je les attends toujours comme le Père, avec les bras ouverts pour leur donner vie et une vie… (Paroles incompréhensibles). Et toi, Ma fille, sois forte, ne te laisse pas vaincre par l’ennemi. Comprends bien que Je t’ai choisie, et Je ne vais pas t’abandonner comme un jouet, pour laisser ce cruel ennemi faire et défaire. Je ne permettrai pas que Satan trompe Mes âmes choisies. N’aie pas peur, aie confiance en Moi, car Je suis ton Père et chez un Bon Père il n’y a qu’amour et miséricorde. Rends-toi compte que Ma Mère t’a aimée et t’a gardée, et Moi aussi Je t’aimerai et Je te garderai toujours avec tendresse et miséricorde.

Priez le saint Rosaire avec une grande dévotion. Le Rosaire a un grand pouvoir. Offre-le pour le salut des âmes. Récite-le avec beaucoup d’amour. Laisse-toi guider par ton père spirituel. Lorsque tu seras dans l’affliction, demande-lui conseil, demande-lui de l’aide, et il te la donnera. N’oppose pas de résistance et ne dis pas que tu n’en peux plus. Comprends que toutes ces souffrances, offertes avec amour au Père Eternel, peuvent être…(parole inintelligible) le salut de l’Humanité. Ne crains pas chaque fois que Je permets que tu souffres ces douleurs; accepte-les avec amour et reconnaissance. Rends-toi compte que, malgré tes fautes, Je t’ai préservée pour ne pas que tu tombes pour l’éternité dans l’abîme de l’enfer. Que ton zèle soit ardent pour le salut des hommes. Offre tes sacrifices pour Nous apporter beaucoup d’âmes, et comprends que ce qui me rend le plus heureux, c’est le salut des âmes. Adieu, Ma fille, Je te donne Ma sainte bénédiction. »

La Sainte Vierge : « Oui, Ma fille, ne crains pas, ne crains pas de supporter tant de douleurs, tant d’ignominie. Comprends que, lorsque Mon fils te demande une chose, il te donne la grâce pour pouvoir la supporter. Toi, considère que tout ce que Mon fils te demande, c’est en raison de sa bonté et de son amour pour les âmes. Accepte avec humilité tout ce que Mon fils te demande. Ne résiste pas, Ma fille, car c’est un cœur très grand pour… (mots que ton ne comprend pas clairement) que Mon fils t’a donné. Adieu Ma fille. Récitez le saint Rosaire tous les jours avec beaucoup de dévotion. Dis-le leur à tous, qu’ils le récitent avec beaucoup d’amour et qu’ils pensent au cours de cette prière, à chaque Ave Maria, et à chaque Gloire au Père, et à chaque Notre Père… (mots à voix basse, incompréhensibles). Et toi, Ma fille, mets une grande humilité et beaucoup d’amour dans le salut des âmes. Fais en sorte que Mon Fils fasse de toi ce qu’il voudra, mais sois humble et demande à tous d’avoir beaucoup d’humilité, car sans humilité, on n’obtient rien.  Prie aussi beaucoup pour ton père spirituel, car il aura, lui aussi, bien des épreuves. Adieu, Ma fille. Adieu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.