Eléments communs

La personne de la Vierge

La vierge apparaît presque toujours dans un milieu paysager et souvent à l’aplomb d’un arbre ou d’un arbuste. Elle peut apparaître dans une grotte.

Marie sollicite souvent la construction d’une chapelle ou d’une église, parfois d’un sanctuaire.

Marie s’adresse à des enfants, presque toujours des jeunes filles, issues de milieux modestes, voire pauvres, souvent sans culture et parfois illettrées. A Ida Peerdeman, Marie dit : « Je le dis une fois encore : le Fils cherche toujours ce qui est petit et simple pour sa cause. » Dans un certain nombre de cas, surtout au début, la Vierge apparaît à des enfants appartenant à des milieux religieux et priants.

La Vierge a, la plupart du temps, une attitude maternelle et douce, mais ne s’interdit pas, ici ou là, une réprimande envers la communauté religieuse qui accueille la voyante et souligne l’importance de la vertu d’obéissance. Elle insiste sur la confiance à accorder à son directeur spirituel, au pape, dont elle parle toujours « en bien ».

Selon les messages à faire passer, la Vierge apparaît avec son fils dans les bras, entourée d’anges, placée devant une grande croix, assise sur un trône royal…  

Marie s’exprime dans la langue ou même le patois local. Elle est presque toujours habillée de la même façon, mais certains détails peuvent varier. La présence de roses posées sur ses pieds est une constante. L’image la plus fidèle que Marie souhaite donner d’elle même, figure sans doute dans le tableau commandé par elle même à Ida Peerdeman, à Amsterdam. Des textes inscrits sur une banderole peuvent l’entourer, apparaître et disparaître (comme à Pontmain).

La grande beauté de la Vierge est reconnue par tous et sa silhouette est nimbée d’une lumière éclatante, mais non éblouissante. On perçoit parfois de suaves odeurs de parfum au lieu de l’Apparition.

Comme à Beauraing, elle semble marcher au-dessus du sol, parfois au dessus d’un petit nuage. Généralement, elle tient les mains jointes ou, bras écartés, la paume des mains ouverte et dirigée vers la terre.

De l’avis général, sa voix est « délicieuse », mais la Vierge peut ne rien dire du tout. D’une manière générale, quand elle se manifeste à l’extérieur, elle sourit beaucoup et parle peu. Son visage change très rapidement et exprime des sentiments de douleur, de tristesse, et de gaieté.

Le contexte des apparitions

Elle apparaît souvent dans un contexte historique ou socio politique difficile.

A l’endroit de l’Apparition et, la plupart du temps, grâce à l’eau d’une source découverte à proximité et bénie par la Vierge, des guérisons inexpliquées se produisent.

Sauf à de rares exceptions, toutes les prédictions de Marie se réalisent, du moins celles qu’on est capables d’interpréter « après coup ». La Vierge « apporte » souvent une nouvelle prière à diffuser largement et faire réciter. Toujours, la Vierge révèle aux voyants un secret à ne pas dévoiler, qui est « rien que pour eux » !

La Vierge se livre, à de nombreuses reprises, à des prédictions de nature apocalyptique. 

Quelques très rares miracles perceptibles par la foule des présents sont notés : le miracle du soleil tournoyant à Fatima par exemple, ou le rayon de soleil de l’Île Bouchard, ainsi que les sudations de la statue d’Akita. Marie refuse toujours de céder à des demandes de phénomènes miraculeux ou de prendre les objets qu’on lui tend. Selon certaines voyantes, Il arrive cependant qu’elle-même en donne : chapelet, rose ou ruban blanc, comme à San Nicolas de los Arroyos.

Le miracle du soleil tournoyant à Fatima
Par Judah Ruah, photograph for the news paper O Seculo, published the 1917-09-29 on the news paper Illustracao Portugueza — Illustracao Portugueza 1917-09-29 Reporter de Cristo website, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=21975698

A maintes reprises, une partie du clergé est hostile et nie les apparitions, mais jamais la Vierge ne dresse les voyantes contre leur clergé. Rue du Bac comme à San Nicolas de los Arroyos, Marie demande qu’on frappe une médaille et en fait la description. 

Des personnes décédées et vivant « là-haut », elle utilise l’expression « les nôtres ».

Les voyantes et voyants

Les voyantes et voyants connaissent presque tous une vie souffrante. Comme aux enfants de Fatima, la Vierge ne promet pas à Bernadette d’être heureuse, « ici bas ».

Un petit nombre est appelé à consacrer sa vie à Dieu, ou aux autres, et à devenir saint ou bienheureux ; pourtant, le plus grand nombre connaît une vie normale. Ce sont simplement des  » instruments » du message marial. Certaines ont des visions et reçoivent des messages du Christ. Souvent, le clergé local est réticent voire hostile ; au moins au début.

Certaines voyantes ont des visions du Ciel, du Purgatoire et de l’Enfer  et « voyagent littéralement » à travers le temps et l’espace en compagnie de la Vierge. Un petit nombre de voyantes peut éprouver des souffrances correspondant aux visions et vivre des expériences mystiques avec le Christ. Certaines sont affectées de stigmates ; d’autres sont guéries d’une affection.

Les voyantes sont affectées de phénomènes corporels inexplicables pendant les apparitions et, pour certaines, après les apparitions. Le corps des voyantes présente des caractéristiques spécifiques pendant les apparitions : par exemple il devient très très lourd ; le pouls ralentit ; les extrémités de leur corps refroidissent et elles ont le regard totalement fixe.

L’une d’elles précise : « Pendant les apparitions, les médecins nous séparaient, nous pinçaient fort, nous donnaient des coups de canif, faisaient bruler une allumette sous ma main ; nous ne sentions rien ; pas de traces non plus. » De lourdes chutes peuvent terminer la phase de vision. On procède souvent à des tests de vérification sur les voyantes. Certaines subissent les attaques du Démon et frôlent, parfois, la mort.

Les paroles et messages de la Vierge

L’appel à la prière, à la conversion et à la pénitence est une constante des messages mariaux ;

Marie rappelle l’importance de la pratique régulière de l’Eucharistie, surtout le 1erVendredi du mois, jour anniversaire de la crucifixion de son Fils.

Elle regrette l’attitude de certains membres du clergé.

La Vierge rappelle souvent l’importance de l’humilité. A titre d’illustration, certaines voyantes doivent parfois ramper, baiser le sol et même manger de l’herbe, comme Bernadette à Lourdes !

Marie souligne l’importance capitale des prières et de la souffrance pour « sauver les âmes ». 

La plupart des messages de Marie insistent sur l’état de « déconfiture morale » du Monde et l’imminence d’une grave sanction s’il ne change pas ; ce message, grave, est pondéré du souci de vouloir « sauver tout le monde » !

La Vierge peut faire allusion à un épisode passé de nature religieuse affectant le lieu de l’apparition (le miracle du sacrement à Amsterdam par exemple ou la création d’une congrégation religieuse à l’Île Bouchard ).

Le choix des dates d’apparition de la Vierge n’est pas toujours fortuit : jours de l’Annonciation et de l’Immaculée conception par exemple.

Marie aime confirmer une apparition par une autre : ainsi, celles d’Amsterdam et d’Akita, de Rome, de la rue du Bac ( à travers une médaille)  et de saint Nicolas d’arroyos, se confortent l’une l’autre.

La Vierge promet toujours d’apporter son secours et son aide après une demande d’action transmise à la voyante.  Enfin, Marie rappelle souvent l’importance de réciter, sans se lasser, « le Rosaire », mais qu’il importe « de ne pas réciter n’importe comment ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.