8 – GIETRZWALD, 1877

Pologne / 27 juin 1877 – 16 sept. 1877 Notre dame de Warmia

I – Généralités

Pays de l’apparition

Pologne

Site 

Gietrzwald village in Poland aerial view. Place of the apparitions of the Virgin Mary

Gietrzwald est un village, chef lieu d’un canton rural dans le powiat d’Olsztyn dans la voïvodie polonaise de Varmie-Mazurie. L’endroit est entouré de forêts de conifères et de forêts mixtes avec de nombreux lacs. Au XVe siècle Gietrzwald fut dévasté au cours des guerres entre la Pologne et l’Ordre Teutonique et pillé en 1455 par les chevaliers de l’Ordre. Le village fut cruellement dévasté en 1807 par les troupes françaises au cours de la Guerre de la Quatrième Coalition. Le plus grand événement dans ce petit village de Warmie, ce fut en 1877 plusieurs apparitions qui eurent lieu du 27 juin au 16 septembre. Depuis lors Gietrzwald est devenu un lieu de pèlerinage

Gietrzwald, La Chapelle au milieu du village
Par S.Czachorowski — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3329817

Désignation  

Notre-Dame de Warmia 

Contexte historique

Durant le XVIIe et surtout le XVIIIe, la République de Pologne est engagée dans des nombreux conflits militaires qui lui font perdre une grande partie de sa superficie, notamment sous le coup de l’expansion de l’Empire russe. À la fin du XVIIIe siècle, après trois partitions, la République des Deux Nations est partagée entre la Prusse, l’Autriche et l’Empire russe. Au cours du XIXe siècle, la majorité des territoires dont s’était emparé l’Autriche passent sous contrôle russe. La Pologne ne retrouve son indépendance qu’en 1918.

A la fin du XIXe siècle, on assiste dans la région à un phénomène de germanisation et des lois défavorables à l’Église catholique sont adoptées. En 1873, la langue polonaise est même interdite dans les écoles de la région de Warmie. À cause du Kulturkampf, un conflit qui oppose le royaume de Prusse puis l’Empire allemand à l’Église catholique romaine, de nombreux prêtres catholiques rebelles ainsi que les congrégations religieuses sont repoussés loin de Warmie.

II – Les voyantes 

Barbara Samulowska 

nom religieux Stanislaus Samulowska ) née le 21 janvier 1865 à Woryty , décédée le 6 décembre 1950 au Guatemala ) – religieuse polonaise , religieusemissionnaireservante de l’Église catholique et visionnaire à qui apparut en 1877, Notre-Dame, à Gietrzwałd , seul lieu des apparitions mariales reconnu par l’Église, en Pologne.

Elle est née dans une famille de paysans pauvres, nombreux et pieux, Józef et Karolina, née Barczewska; elle est leur plus jeune enfant (elle avait deux frères: Józef et Jana). Le lendemain (22 janvier 1865), elle fut baptisée à l’église de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie à Gietrzwałd et ses parrains et marraines étaient ses parents: Andrzej Barczewski et Gertruda Górska  . 

Le 28 juin 1877, elle fait sa première Communion à Gietrzwałd. Deux jours plus tard, sur l’érable à côté de l’église, lui apparait, ainsi qu’à sa parente, Justyna Szafryńska, la mère de Dieu, nimbée de lumière, vêtue de blanc, avec de longs cheveux, assise sur un trône d’or décoré de perles ;  ces révélations durèrent jusqu’au 16 septembre 1877. Les jeunes filles ont informé le prêtre, le prêtre Augustin Weichsl, qui à son tour informa l’évêque de Warmie, Philipp Krementz , qui nomma des comités spéciaux pour enquêter sur cet événement extraordinaire. 

Justyna Szafrynsk, qui avait 13 ans à l’époque et Barbara Samulowska qui en avait 12, étaient toutes les deux issues de familles pauvres, entrèrent toutes les deux chez les Filles de la Charité (Sœurs de saint Vincent de Paul)

Le 2 février 1889, elle prononce des voeux religieux solennels en prenant le nom religieux de Stanislaus Samulowska.  Au début de 1884, elle se rend à Paris où, le 19 janvier, elle commence son noviciat rue du Bac 140, à la chapelle des apparitions de la médaille miraculeuse. Après un séjour d’un an au Séminaire des Soeurs, elle a commence à travailler dans la crèche de la rue Maré, s’occupant des enfants. En  1895, elle est envoyée au Guatemala en Amérique centrale , en tant que professeur de jeunes sœurs de la miséricorde, les préparant au service hospitalier et aux soins pour les pauvres 

Barbara Samulowska,
soeur Stanislaus Samulowska en religion

En 1907, en raison de son état de santé, elle est transférée à Antigua , où elle soigne les malades à l’hôpital local . Deux ans plus tard, elle se rend à Paris pour un court repos, puis retourne à Antigua au Guatemala, s’occupant des pauvres de la ville et préparant les enfants à la première communion en tant que catéchiste. En 1913, elle est temporairement envoyée à l’hôpital de Quetzaltenango pour aider sa soeur malade, Thonluc. 

Après son retour à Antigua, elle tome malade de la fièvre typhoïde , mais après le traitement, elle récupère et revient des années plus tard comme supérieure à un hôpital de la capitale guatémaltèque . Elle y contribue à la reprise et à la renaissance du culte du Sauveur crucifié. Dans la chapelle de l’hôpital, il y avait une image grandeur nature du Christ crucifié, vénéré par les fidèles comme un « Jésus miséricordieux ». Au cours de cette période, au tournant des années 1917 et 1918, la capitale guatémaltèque subit des tremblements de terre après lesquels elle organisa l’ aide aux victimes.

En 1923, elle se rend de nouveau à Paris, puis se rend à Chełmno, d’où elle retourne au Guatemala où elle dirige également l’orphelinat pendant quelque temps. Elle décède le 6 décembre 1950 dans un hôpital du Guatemala à la suite d’un cancer malin au visage. Elle repose au cimetière au Guatemala.

Le 2 février 2005, l’archevêque Edmund Piszcz de Warmie inaugure le procès en béatification de sœur Stanisława Barbara Samulowska dans la basilique de Gietrzwałd.  

Justyna  Szafryńska,

justyna szafryńska,

Justyna, quant à elle, quitta la congrégation en 1897 et retourna à la vie laïque. En 1899, elle épousa Raymond Étienne Bigot à Paris. Après 1904, elle disparut sans laisser de traces et on ne sait rien de la suite de sa vie ni de l’endroit où elle repose.  Les visionnaires furent persécutées par le gouvernement local. 

III – L’Apparition (généralités) 

Date

Le 27 Juin 1877 marque le début des apparitions de la Vierge à Gietrzwałd ; apparitions qui prendront fin le 16 septembre de la même année. Une nouvelle apparition se déroule le 30 Juin. À partir du mois de juillet, la Vierge apparaîtra tous les soirs aux deux jeunes filles, durant la récitation du Rosaire.

Nombre et durée des apparitions

La «Dame Blanche» est apparue plusieurs fois pendant trois mois, en 1877 à deux fillettes

Tonalité 

La Vierge apparaît à Gietrzwald avec tous les signes de sa royauté céleste : un trône en or constellé de diamants, une kyrielle d’anges, un sceptre et une couronne. Mais c’est l’enfant Jésus, tenu sur le genoux de la Vierge, qui tient le globe dans sa main. La croix, sans le corps du crucifié, que montre un ange, rappelle que c’est par le sang que Jésus a permis aux hommes de retrouver l’accès à son royaume. 

Emplacement des apparitions

Le 27 juin 1877, la jeune Justyna Szafryńska, 13 ans, entendant sonner les cloches de l’Angélus, récite la prière quand soudain elle voit une grande lumière et une silhouette vêtue de blanc au niveau de l’érable du presbytère.

Récit 

Le 27 juin 1877. La jeune Justyna Szafryńska, 13 ans, une adolescente qui prépare sa communion, rentre chez elle après un rendez-vous avec le curé de la paroisse. Entendant les cloches sonner l’Angélus, elle récite la prière quand soudain elle voit une grande lumière et une silhouette vêtue de blanc au niveau de l’érable du presbytère. La silhouette siège sur un trône orné d’or et de diamants.

Justyna voit aussi apparaître la silhouette éblouissante d’un ange, tout de blanc vêtu, avec des ailes en or. Aussitôt l’adolescente récite le « Je vous salue Marie ». Après cette prière, la silhouette se lève de son trône et monte au ciel aux côtés de l’ange. C’est le début des apparitions de la Vierge à Gietrzwałd, apparitions qui prendront fin le 16 septembre de la même année.  

Dès le début, la jeune fille raconte tout ce qu’elle a vu au prêtre, qui lui enjoint de retourner au même endroit le lendemain. Et une nouvelle fois, quand l’Angélus sonne, l’érable s’illumine à nouveau d’une grande lumière. Cette fois, il est entouré d’un cercle d’or, et un trône apparaît. Deux anges escortent la Vierge Marie à son trône où elle s’assoit.

Deux autres anges amènent l’Enfant Jésus rayonnant de lumière et le placent sur le genou gauche de la Vierge. L’Enfant tient un globe terrestre dans sa main gauche. D’autres anges encore tiennent une couronne scintillante au-dessus de la tête de la Vierge. Un ange apporte un sceptre en or et le brandit de la main droite au-dessus de la couronne. Un autre ange enfin surplombe la scène et indique de la main une grande croix sur laquelle la figure du Christ crucifié est absente.

Le 30 juin, la Vierge apparaît cette fois seule, sans être escortée par des anges. Elle apparaît aussi à Barbara Samulowska, 12 ans, qui accompagne Justyna. Barbara demande : « Que désirez-vous, Sainte Vierge ? » Elle reçoit cette réponse de Marie dans un dialecte local proche du polonais : « Je souhaite que vous puissiez prier tous les jours le chapelet. »

Le 1erjuillet, Justyna lui demande : « Qui êtes-vous ? » La Vierge lui répondit : « Je suis la Très Sainte Vierge Marie Immaculée. » Il est important de rappeler que les apparitions de Gietrzwałd ont eu lieu une vingtaine d’années seulement après celles de Lourdes, où la Mère de Dieu avait dit à Bernadette Soubirous : « Je suis l’Immaculée Conception », et à peine 23 ans après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception par le pape Pie IX.  

À partir du mois de juillet, la Vierge apparaît tous les soirs aux deux jeunes filles durant la récitation du Rosaire. Parmi les questions diverses et variées qu’elles lui posent, certaines concernent la santé et le salut de certaines personnes. Mais il y eut aussi celle-ci : « L’Église du royaume de Pologne sera-t-elle libérée ? ».

Il faut savoir qu’au moment des apparitions, la Pologne actuelle était divisée entre la Prusse, l’Autriche et la Russie. A la fin du XIXe siècle, on assiste dans la région à un phénomène de germanisation et des lois défavorables à l’Églises catholiques sont adoptées. En 1873, la langue polonaise est même interdite dans les écoles de la région de Warmie. À cause du Kulturkampf, un conflit qui oppose le royaume de Prusse puis l’Empire allemand à l’Église catholique romaine, de nombreux prêtres catholiques rebelles ainsi que les congrégations religieuses sont repoussés loin de Warmie. Si bien que la rumeur des apparitions attire de nombreux pèlerins à Gietrzwałd.

Pendant les trois jours de la célébration de la Nativité de la Vierge, pas moins de 50 000 pèlerins affluent dans le village. Le 8 septembre 1877, la Vierge bénit une source où les pèlerins vont, depuis, se procurer de l’eau pour les personnes souffrantes ; ce qui occasionne un certain nombre de guérisons miraculeuses. Le 16 septembre, on installe une chapelle ainsi qu’une statue de la Vierge à l’endroit des apparitions. A l’époque, les relations avec la Prusse sont compliquées et les apparitions sont considérées comme un signal fort pour la défense du catholicisme et de la communauté polonaise en général.

De fait, les apparitions contribuent à un renouveau du sentiment national polonais. Mais elles ont aussi une portée universelle sur le plan religieux. Les fruits seront une authentique renaissance de la vie religieuse. Bien vite, on a vu chaque année à Gietrzwałd un grand nombre de fidèles aux 29 juin, 15 août et  8 septembre. Si bien qu’on a songé songer à agrandir le sanctuaire.

IV – Analyse de l’Apparition

Apparence de la Vierge

La silhouette siège sur un trône orné d’or et de diamants. Au même endroit le lendemain, cette fois, deux anges escortent la Vierge Marie à son trône où elle s’assoit. D’autres anges encore tiennent une couronne scintillante au-dessus de la tête de la Vierge. Un ange apporte un sceptre en or et le brandit de la main droite au-dessus de la couronne. Le 30 juin, la Vierge apparaît cette fois seule, sans être escortée par des anges. 

Attitudes de la Vierge

Après cette prière, la silhouette se lève de son trône et monte au ciel aux côtés de l’ange. Le 8 septembre 1877, la Vierge bénit une source où les pèlerins vont, depuis, se procurer de l’eau pour les personnes souffrantes.

Entendant les cloches sonner l’Angélus, elle récite la prière quand soudain elle voit une grande lumière et une silhouette vêtue de blanc au niveau de l’érable du presbytère.

Paroles de la Vierge

Barbara demande : « Que désirez-vous, Sainte Vierge ? » Elle reçoit cette réponse de Marie dans un dialecte local proche du polonais : « Je souhaite que vous puissiez prier tous les jours le chapelet. » Le 1erjuillet, Justyna lui demande : « Qui êtes-vous ? » La Vierge lui répondit : « Je suis la Très Sainte Vierge Marie Immaculée. » 

Messages de la Vierge  

La prière est la condition pour que les « choses aillent mieux ! » Le 30 juin 1877, l’apparition dit, en polonais : « je désire que vous récitiez le rosaire*  tous les jours ». La réponse de la Vierge Marie fut toujours : « Priez et récitez le rosaire ; ( à cette condition…) les prêtres seront libérés ; les malades guériront ; la Pologne regagnera son indépendance. » 

Autres Visions et/ou éléments supra-naturels

Deux anges escortent la Vierge Marie à son trône où elle s’assoit. Deux autres anges amènent l’Enfant Jésus rayonnant de lumière et le placent sur le genou gauche de la Vierge. L’Enfant tient un globe terrestre dans sa main gauche. D’autres anges encore tiennent une couronne scintillante au-dessus de la tête de la Vierge. Un ange apporte un sceptre en or et le brandit de la main droite au-dessus de la couronne. Un autre ange enfin surplombe la scène et indique de la main une grande croix sur laquelle la figure du Christ crucifié est absente. 

Eléments conformes aux autres apparitions 

Barbara voit une grande lumière et une silhouette vêtue de blanc.  Justyna voit aussi apparaître la silhouette éblouissante d’un ange, tout de blanc vêtu, avec des ailes en or. La vierge apparaît avec l’enfant Jésus ; notre Dame demande aux fidèles de construire sur le lieu de son apparition une chapelle avec la statue de l’Immaculée Conception. Elle promet de bénir une source à l’orée de la forêt et encourage les gens à boire de l’eau miraculeuse qui génère des guérisons.Elle apparaît à proximité d’un arbre. Le corps des voyantes présente des caractéristiques spécifiques pendant les apparitions : leurs pouls ralentit, les extrémités de leur corps refroidissent et elles ont le regard totalement fixe. 

Eléments spécifiques

La silhouette siège sur un trône orné d’or et de diamants. Le lendemain, et une nouvelle fois, quand l’Angélus sonne, l’érable s’illumine à nouveau d’une grande lumière. Cette fois, il est entouré d’un cercle d’or, et un trône apparaît. Deux anges escortent la Vierge Marie à son trône où elle s’assoit. Deux autres anges amènent l’Enfant Jésus rayonnant de lumière et le placent sur le genou gauche de la Vierge. L’Enfant tient un globe terrestre dans sa main gauche. D’autres anges encore tiennent une couronne scintillante au-dessus de la tête de la Vierge. Un ange apporte un sceptre en or et le brandit de la main droite au-dessus de la couronne. Un autre ange indique de la main une grande croix sur laquelle la figure du Christ crucifié est absente. 

Lien avec d’autres apparitions 

A cause de la source et des guérisons miraculeuses, on dit que Gietrzwald est le Lourdes de la Pologne. Les deux voyantes entrent dans la même congrégation que celle de Catherine Labouré ( Apparition de la rue du Bac à Paris ) : les soeurs de Saint Vincent de Paul.

V- Reconnaissance et sanctuaires 

Reconnaissance

10 septembre 1967, au nom du pape Paul VI, les cardinaux Wyszynski et Wojtyla, couronnent solennellement l’image sacrée. Le 1er septembre 1977, le centenaire de des apparitions est célébré par l’archevêque métropolitain de Cracovie, le cardinal Karol Wojtyła, futur pape Jean Paul II. Ce jour-là, l’évêque de Warnie, Józef Drzazga, reconnait solennellement la vénération de la Vierge Marie à Gietrzwałd. Il publie un décret validant la crédibilité des apparitions et proclame qu’elles sont conformes avec la foi et la morale chrétienne. Le 27 Juin est le jour anniversaire des apparitions de Gietrzwald.

Saint Jean Paul II

Le 2 février 2005 s’est déroulé à Gietrzwałd, une messe solennelle célébrée par l’archevêque Edmund Piszcz, pour le processus de béatification de Sr Stanisława Samulowska, à l’initiative de la Province polonaise de l’ ordre des chanoines du Latran , qui reprend le sanctuaire de Gietrzwałd. Un tribunal diocésain a été mis en place pour entendre 21 témoins en Pologne, en Allemagne et au Guatemala, et une commission historique et théologique, pour examiner la sainteté de la vie de Soeur Stanisława . 

Elle a désormais droit au titre de Servante de Dieu . Après près de deux ans de procédure, le 8 septembre 2006, dans la basilique de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie à Gietrzwałd, la cérémonie de clôture du processus de béatification au niveau diocésain, été clôturée par l’archevêque Wojciech Ziemba ; après quoi les dossiers du procès ont été transférés à la Congrégation pour la Cause des Saints à Rome.

Sanctuaire 

Le Sanctuaire de Gietrzwald a été construit entre 1878-1884. L’église a été érigée en 1970 par Paul VI en basilique mineure. Chaque année à Gietrzwałd un grand nombre de fidèles se rassemble les 29 juin, 15 août et  8 septembre.Le sanctuaire est sous la tutelle, depuis 1945, des prêtres chanoines. 

Le sanctuaire de Notre Dame de Warmia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.