19- MEDJUGORJE, 1981

Bosnie Herzégovine 1981 Notre Dame de Medjugorje. Enquête en cours pèlerinages autorisés à partir de Mai 2019

I – Généralités

Pays de l’apparition

Bosnie Herzégovine

Site 

Vue générale de Medjugorje
Par CJ — Bosnia and Herzegovina Apr-26-2012 173Uploaded by Smooth_O, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24911020

Međugorje ou Medjugorje est une paroisse catholique de la municipalité de Čitluk en Bosnie-Herzégovine

Désignation  

Notre Dame de Medjugorje

Contexte historique

L’histoire des apparitions a commencé en 1981. À l’époque, la Yougoslavie était encore sous régime communiste athée, et Međugorjen’était que la réunion de quelques hameaux qui vivaient essentiellement du tabac, de la vigne et de l’élevage.

II – Le ou les voyants (es) 

Les 6 voyants de Medjugorje, enfants
Les voyants, aujourd’hui
Mirjana Dragićević (aujourd’hui épouse Soldo)

Mirjana est née en 1965. En 1981, elle vit chez ses parents, à Sarajevo. Ce sont des catholiques pratiquants. Mirjana est en 2e année du secondaire et c’est une bonne élève. Dans sa classe, à peine quatre ou cinq élèves sont catholiques. Sarajevo est un milieu multiethnique et la majorité des jeunes ne prient pas. À cette époque, le régime communiste enseigne l’athéisme dans les écoles. Les croyants sont souvent exposés au mépris. Mirjana vit en retrait, ne s’expose pas. Elle passe ses vacances d’été à Medjugorje, chez sa grand-mère. Le premier jour des apparitions, Mirjana est en compagnie d’Ivanka.

C’est Ivanka qui voit la Vierge la première. Mirjana, une fille de la ville, ne croit pas avant de voir : « Mais quelle Gospa ? », s’exclame-t-elle. Mais dès qu’elle tourne son regard vers la colline, elle est convaincue. Et son émotion est intense ! Au début, Mirjana est très sensible à tout ce qu’on dit des voyants, ouvertement ou dans leur dos, concernant les rumeurs de maladie mentale ou de consommation de drogues. Les plus grands soupçons pèsent sur elle, car elle vient de Sarajevo : même les franciscains pensent qu’il faut l’éloigner, car elle aurait peut-être apporté de la drogue.

Mais bien vite, la certitude de voir la Vierge libère totalement Mirjana et lui permet de faire face à ces fausses accusations. Ses parents sont inquiets et ont peur pour elle. Aurait-elle perdu la raison ? Ils veulent la ramener à Sarajevo avec eux, mais elle ne se laisse pas faire : à Medjugorje, quelque chose d’irrésistible la retient sur place.

Plus que les autres voyants, Mirjana a été soumise à des interrogatoires par les franciscains : cinq entretiens en tout. Les apparitions quotidiennes ont cessé pour elle le 25 décembre 1982. La Vierge lui a alors promis qu’elle lui apparaîtrait une fois l’an, le jour de son anniversaire de naissance, le 18 mars. Par ailleurs, chaque deux du mois, depuis 1987, Mirjana prie avec la Vierge pour les incroyants, c’est-à-dire pour tous ceux qui n’ont pas encore rencontré l’Amour de Dieu. Depuis qu’elle est mariée, elle vit à Bijakovići, dans la paroisse de Medjugorje. Elle est mère de deux enfants. Parfois elle accepte des rencontres avec les pèlerins.

Ivanka Ivanković (aujourd’hui épouse Elez)

Ivanka est née en 1966, à Bijakovići. Elle étudie à Mostar où elle va à la messe tous les dimanches, prie régulièrement et fréquente le catéchisme. L’enseignement de la catéchèse qui se donne dans la paroisse franciscaine de Mostar est accompagné parfois du visionnement de films à caractère religieux, mais on ne parle pas d’apparitions. Ivanka entendra parler de Lourdes après avoir vu la Vierge. Au début des apparitions, Ivanka est en deuil de sa maman, décédée quelques mois plus tôt. Selon les dires d’Ivanka, la Vierge apparaît chaque soir : « Je vous dis que je l’ai vue. Peu importe qu’ils croient ou ne croient pas […] Mon père, c’est comme lorsque je vous parle face à face. » (28 juin 1981, en soirée) Ivanka ne sait pas pour quelle raison précise la Vierge lui apparaît à elle, mais elle est certaine qu’elle voit la Vierge Marie.

Si c’était Satan, il fuirait la prière et l’eau bénite, pense Ivanka. Le 29 juin 1981, les voyants sont emmenés à Mostar, au service psychiatrique du Docteur Dzudza. On menace de les interner dans un asile et de les séparer les uns des autres s’ils se rendent une fois de plus à la colline. Ivanka a très peur de l’hôpital, car cela lui rappelle sa maman si malade avant de mourir. À cause de cette peur de l’hôpital, elle promet au Père Zrinko Čuvalo qu’elle n’ira plus à la colline. « Mais l’heure venue, vers 17 h 30, je sentais que je devais y aller. Tout m’attirait là-haut. Je devais y aller. » (30 juin 1981) « Je ne regretterais même pas qu’on me tue parce que je vois Gospa. »(28 juin 1981) Ivanka parle de manière simple, convaincante et claire.

Elle ne se laisse confondre par rien ni personne. Peu importe si elle n’a pas de réponse à toutes les questions qu’on lui pose, peu importe ce qu’on peut penser d’elle : le fait de voir la Vierge la rend heureuse et l’incite à s’approcher plus souvent des sacrements. Elle a connu des apparitions quotidiennes jusqu’au 7 mai 1985. Depuis lors, elle a une rencontre avec la Vierge le jour de l’anniversaire des apparitions, soit le 25 juin de chaque année. Ivanka Ivanković Elez est mère de trois enfants. Elle vit dans le hameau Miletina, paroisse de Medjugorje. Son mari et elle ont une pension pour accueillir les pèlerins. Elle y travaille discrètement en tant que maîtresse de maison.

Jakov Čolo

Né en 1971. Il a dix ans à l’époque des événements et vit avec sa mère. Il vient de terminer sa quatrième annéeélémentaire. Jakov est le plus jeune du groupe des voyants dont l’âge varie entre 10 et 16 ansIl a eu des apparitions quotidiennes du 25.6.1981 au 12.9.1998.Le premier jour de l’apparition, Jakov n’est pas là. Le deuxième jour, il se trouve chez Marija ; il la suit au moment où, répondant à l’invitation de Vicka, elle se rend à la colline où la Vierge apparaît.

À travers les pierres et les buissons épineux, Jakov gravit la pente à une vitesse incroyable. Il ne sent rien et ne porte même pas trace d’une égratignure. Ce sera pour lui un signe étonnant. Jakov est particulièrement heureux de voir la Vierge : « Maintenant je dis, je l’ai dit : maintenant que j’ai vu Gospa, je ne regretterais pas de mourir. » (27 juin 1981) Il est émerveillé par la beauté de la Vierge: « Comme elle est belle ! » Et par sa voix: « Elle parle comme si elle chantait. » Jakov n’a aucun doute : il voit la Vierge. Il est prêt à mourir pour en témoigner.

« Maman, j’irai [à la colline] même si tu me tues. Tu peux me tuer j’irai de nouveau. » (27 juin 1981) Du 25 juin 1981 au 12 septembre 1998, Jakov confirme avoir eu des apparitions quotidiennes. Depuis, il a une rencontre annuelle avec la Sainte Vierge, à Noël. Marié et père de trois enfants, il vit à Bijakovići, paroisse de Medjugorje. Jakov prend soin de sa jeune famille et considère que dans le mariage aussi, on peut se consacrer à Dieu.

Il rencontre occasionnellement les pèlerins. « C’est moi qui avais le moins espéré que la Vierge puisse m’apparaître, a-t-il déclaré ; on me voyait à peine, mais moi je la voyais. » Il dira plus tard que la Vierge a remplacé son père et sa mère, décédés alors qu’il était encore jeune.

Yakov Colo
Ivan Dragićević

Né en 1965, il a seize ans au début des apparitions. En cet après-midi du 24 juin 1981, il va chercher des pommes après avoir joué au football avec son copain, Ivan Ivanković. Sur le chemin du retour, ils rencontrent quelques filles du village qui leur disent voir la Vierge. Après l’avoir aperçue lui aussi, il court, apeuré, à la maison. Mais l’apparition qu’il a entrevue rapidement sur la colline de Crnica l’attire et le poursuit dans ses pensées durant toute la nuit, jusqu’au lendemain.

Ivan est un garçon solitaire. Il ne parle pas beaucoup, ne se dévoile pas. Il a de la difficulté à exprimer ses sentiments et sa conversation est entrecoupée de silences. Il ne répond pas à toutes les questions, mais affirme sans réserve ce qu’il voit. La sobriété de ses paroles n’amoindrit pas la force de son expérience.

Quoique craintif et timide, Ivan est inébranlable dans son témoignage de la vision. Dans la famille Dragićević, tous les jours on récite les prières. Depuis qu’il voit la Vierge, Ivan a pris davantage conscience de sa foi. Ivan est fasciné par la beauté de la Vierge : « Je la regarderais seulement. » (28 juin 1981, en soirée) Il est aujourd’hui marié et père de quatre enfants. Ivan affirme voir la Vierge tous les jours.

Craintif et réservé au début, il a acquis de l’assurance et de la confiance en lui ; il est devenu un véritable ambassadeur de la Vierge à travers le monde. Il est particulièrement préoccupé par le problème des jeunes et, en conséquence, par la problématique familiale. Avec son groupe de prière, il continue de prier aux intentions de la Vierge. Il vit six mois à Medjugorje et six autres à Boston.

Yvan Dragicevic
Vicka Ivanković (aujourd’hui épouse Mijatović)

Vicka est l’aînée des voyants. Née en 1964, elle vient d’une famille nombreuse et pauvre. Comme la majorité des pères de famille du village à cette époque-là, le sien travaille en Allemagne. Vicka est en première année de technique du textile à Mostar. Cet été 1981, elle suit un cours de rattrapage en mathématiques. En la fête de saint Jean-Baptiste, le 24 juin, Vicka convient avec Mirjana et Ivanka d’aller en promenade.

Mais Vicka est en retard au rendez-vous. En effet, au retour de son examen à Mostar, par cette chaude journée d’été, elle souhaite se reposer un peu. Quelques heures plus tard, courant à la rencontre de ses amies, une surprise l’attend et elle entrera, elle aussi, sur la scène de l’événement.

Après le premier choc et la peur de l’inconnu, Vicka deviendra et restera un audacieux témoin de ce qu’elle a vu. Sa voix énergique se fait valoir dans le groupe d’enfants. Sûre d’elle, elle va déclarer : « Nous savons ce que nous disons. Nous sommes plus que certains. » (30 juin 1981, en matinée) Un désir irrésistible l’attire à la colline ; elle n’a peur de rien: « Si quelqu’un me dit qu’il va me tuer, je la [Gospa] regarderais encore.

Que j’aille en prison, nous irons tous. » (28 juin 1981, en matinée) Seule la Vierge retient toute son attention et Vicka développe avec elle une fidèle amitié de joie et de croix à long terme. Elle affirme toujours avoir des apparitions quotidiennes. Elle est mariée et mère de deux enfants. Vicka aime parler aux pèlerins afin de transmettre au plus grand nombre les messages de Marie.

Vicka Ivankovic
Marija Pavlović (aujourd’hui épouse Lunetti)

Née en 1965. En 1981, Marija va sur ses seize ans. Elle est en première année de coiffure pour hommes, à Mostar. Elle suit un cours de récupération dans une des matières académiques. Marija vient d’une famille nombreuse et pauvre. Le père et les frères aînés travaillent en Allemagne. Marija manque rarement sa messe du dimanche à Mostar et son catéchisme. À la maison, il lui arrive de remplacer sa maman dans les travaux ménagers. Elle considère que le travail bien fait et offert à Dieu est aussi une prière. Elle aime la lecture pieuse. Pendant les vacances d’été, Marija rencontre souvent Vicka, Ivanka et Mirjana. Mais le 24 juin 1981, elle n’était pas avec elles en promenade.

C’est sa sœur Milka qui, en allant chercher les moutons en dehors du village, à l’endroit nommé Podbrdo, (au pied de la colline) rencontrera Ivanka et Mirjana. Son regard, ce jour-là, s’arrêtera sur l’apparition lumineuse à la colline, et l’image qu’elle verra, pour la première et la dernière fois, restera gravée dans sa mémoire. Le lendemain, à la place de Milka, sa sœur Marija se joindra au groupe d’enfants. Le premier soir, Marija a de la difficulté à croire que ses amies et sa sœur ont vu la Vierge. Mais le deuxième jour, dès que la Vierge réapparaît et que Vicka accourt la chercher, elle partira en courant à la colline, comme portée par le vent. Marija ne peut décrire ce qu’elle ressent en regardant la Vierge. Les mots lui manquent.

Ce qu’elle voit et ce qu’elle vit n’est comparable à rien d’ici-bas. Le troisième jour, Marija a une apparition alors qu’elle est seule. En descendant la colline, la Vierge lui apparaît avec au-dessus d’elle, une grande croix. Cette croix est grise, de la même couleur que la robe de la Vierge. La Vierge lui adresse alors un important message de paix et de réconciliation. Le vingt-cinq de chaque mois, Marija transmet le message de la Vierge destiné à la paroisse et au monde. Marija est mariée et mère de quatre garçons. Elle vit en Italie, mais se rend souvent à Medjugorje. Où qu’elle se trouve, Marija prie avec les pèlerins ou dans des groupes de prière, aux intentions de la Vierge.

Marija Pavlovic

III – L’Apparition (généralités) 

Date

Depuis le 24 juin 1981

Nombre et durée des apparitions

Marie de Nazareth y apparaîtrait à six Croates d’Herzégovine depuis le 24 juin 1981. Elle n’est pas toujours apparue au même endroit, ni au même groupe, ni aux mêmes personnes et ses venues n’ont pas toujours correspondu à une durée précise. Parfois les apparitions ont duré deux minutes, parfois une heure.

Nature de l’Apparition (privée ou publique)

Selon le site de Medjugorje,la Sainte Vierge n’est jamais apparue selon la volonté des voyants. Parfois ils priaient et attendaient mais la Sainte Vierge n’apparaissait pas tout de suite. Et parfois elle apparaissait à l’un et pas aux autres. Si elle n’avait pas promis une heure de rendez-vous, personne ne savait quand elle apparaitrait, ni même si elle apparaitrait. Elle n’apparaissait pas non plus toujours uniquement aux voyants déjà mentionnés, mais également à d’autres personnes d’âges, de taille, de race, d’éducation et d’état de vie différents

Emplacement des apparitions

Du 24 au 29 juin 1981, les apparitions ont lieu sur le Mont Crnica..Par la suite, le lieu des apparitions sera variable, tantôt à peu près à mi-chemin du lieu des apparitions, tantôt à l’église, tantôt dans une pièce attenante à la sacristie et enfin à partir de mars 1985 au presbytère, l’évêque de Mostar ayant interdit toute apparition dans les lieux attenants à l’église. Par la suite, le lieu des apparitions va grandement se diversifier, les voyants affirmant avoir désormais des apparitions individuelles (quotidiennes pour certains, mensuelles ou annuelles pour d’autres). Ces apparitions se produiraient à l’endroit où se trouvent les voyants.Le curé de la paroisse lui-même, tandis qu’il priait le rosaire dans son église, vit la Sainte Vierge.

Récit 

L’histoire des apparitions a commencé en 1981. À l’époque, la Yougoslavie était encore sous régime communiste athée, et Međugorjen’était que la réunion de quelques hameaux qui vivaient essentiellement du tabac, de la vigne et de l’élevage. Un désaccord subsiste sur le récit des premiers jours du phénomène. Selon le Dictionnaire des « apparitions » de la Vierge Marie (ouvrage collectif réalisé sous la direction de René Laurentin et Patrick Sbalchiero), le mercredi 24 juin 1981, Ivanka Ivanković (née le 21 juin 1966), Mirjana Dragićević (née le 18 mars 1965), Vicka Ivanković (née le 3 septembre 1964), Milka Pavlović (née entre 1966 et 1968), Ivan Ivanković (né entre 1960 et 1962) et Ivan Dragićević (né le 25 mai 1965), partis sur la route de Bijakovici à Cilici, déclarèrent avoir aperçu sur la colline de Podbrdo une « silhouette lumineuse ».

Le lendemain, reviennent Ivanka, Mirjana, Vicka avec Jakov Čolo (né le 6 mars 1971) et Marija Pavlović (née le 1er avril 1965, sœur de Milka). Ils escaladent la colline et convergent avec Ivan Dragićević, venu par un autre chemin. Le groupe des six voyants est ainsi définitivement constitué. Or, d’autres sources provenant principalement des dix-sept interrogatoires des visionnaires enregistrés les 27, 28, 29 et 30 juin 1981 contredisent certains points. Ainsi, Ivan Ivanković a lui-même déclaré le 18 mai 1986 qu’il n’avait jamais vu la Vierge : 

« Lorsque le père Milan Mikulic […] eut demandé à Ivan s’il avait vu la Gospa le 24 juin 1981, ce dernier lui répondit : « Je vous ai dit hier que je ne l’avais jamais vue ! » ». De même, Ivan Dragicevic ne dit pas dans ses premières déclarations qu’il a vu la Vierge portant un enfant mais simplement : « une lumière ». Il n’était pas non plus présent le deuxième jour : « Le premier soir j’étais avec elles. Le deuxième soir, je n’y étais pas. » et « Le deuxième soir, je n’y suis pas allé. Je travaillais aux champs, je ramassais les feuilles de tabac. »

Après avoir entendu le récit, et d’abord suspicieux, le père Jozo Zovko, curé de la paroisse, croira relativement vite à l’authenticité de ces apparitions. Dans le contexte politique de l’époque, cette histoire n’est pas prise à la légère par le pouvoir communiste. Le Père Jozo est arrêté et condamné à trois ans de prison. Il est relâché un an et demi après. Mais, très vite, des pèlerins commencent à affluer du monde entier.

Des scientifiques (comme le cancérologue français Henri Joyeux) et des théologiens (comme le Père René Laurentin, spécialiste en mariologie) s’intéressent au phénomène et finalement le pouvoir relâche la pression. La paroisse de Međugorje est à la charge pastorale des franciscains, historiquement influents dans cette région (l’Herzégovine).

Le récit selon le site web de Medjugorje

Le premier jour
Ils virent une jeune femme particulièrement belle portant un enfant dans ses bras.

Ce jour-là, vers 18h00, sur la colline de Crnica, connue sous le nom de Podbrdo, les enfants – Ivanka Ivanković, Mirjana Dragićević, Vicka Ivanković, Ivan Dragićević, Ivan Ivanković et Milka Pavlović – virent une jeune femme particulièrement belle portant un enfant dans ses bras. Elle ne leur dit rien mais leur indiqua par gestes qu’ils devaient s’approcher. Surpris, effrayés, ils eurent peur de s’approcher, même s’ils pensèrent immédiatement que c’était la Vierge.

Croix bleue plantée sur la colline de Podbrdo
Par gnuckx — Blue Cross Apparition Site – Medjugorje – Hotel Pansion Porta – Bosnia Herzegovina – Creative Commons by gnuckx – Podbrdo, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24526404
Par gnuckx — Krizevac Medjugorje – Hotel Pansion Porta – Bosnia Herzegovina – Creative Commons by gnuckx, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24526423
Krizevac La colline qui surmonte Medjugorje. Les fidèles y montent en méditant le chemin de croix. Krizevac est devenu un lieu privilégié pour méditer la passion du Christ, le Calvaire du sanctuaire de Medjugorje.
Le deuxième jour

Le deuxième jour, le 25 Juin 1981, les enfants se donnèrent rendez-vous à l’endroit même où la Vierge était apparue, dans l’espoir de la revoir. Tout à coup, il y eu un flash de lumière. Les enfants levèrent les yeux et virent la Vierge Marie, cette fois sans l’enfant. Elle était souriante et joyeuse et incroyablement belle. D’un geste de la main, elle leur indiqua de s’approcher. Les enfants se prirent par la main et se dirigèrent vers elle. Ils tombèrent immédiatement à genoux et commencèrent alors à prier un « Notre Père, un Je vous salue Marie et un Gloire au Père ». La Sainte Vierge pria avec eux à l’exception du « Je vous salue Marie ».

Après la prière, elle commença à parler avec les enfants. Ivanka, la première, lui demanda des nouvelles de sa mère, décédée deux mois auparavant. Mirjana lui demanda alors si elle pouvait donner un signe pour montrer au peuple qu’ils n’étaient ni menteurs ni fous comme certaines personnes le prétendaient. La Sainte Vierge les quitta finalement en leur disant : « Dieu soit avec vous, mes chers enfants! » Avant cela, lorsque les enfants lui demandèrent s’ils la reverraient le lendemain, elle approuva d’un signe de tête. Selon les voyants la rencontre était indescriptible.

Ce jour-là, deux enfants qui formaient le groupe initial manquaient : Ivan Ivanković et Milka Pavlović. Ils furent remplacés par deux autres: Marija Pavlović et Jakov Čolo. Depuis ce jour, selon le témoignage des voyants, la Sainte Vierge leur apparait régulièrement. Milka Pavlović et Ivan Ivanković, qui étaient présents le premier jour des apparitions, ne virent plus la Vierge, même s’ils retournèrent sur le lieu des apparitions dans l’espoir de la revoir. 

Le troisième jour

Le 26 Juin 1981, les enfants impatients attendaient 18h00, heure à laquelle elle était apparue auparavant. Ils se rendirent sur le même lieu pour la rencontrer. Ils étaient très heureux, bien que leur joie fût mêlée de crainte car ils se demandaient quelle serait l’issue de tout cela. Malgré la crainte, les enfants ressentirent une force profonde les attirant à aller rencontrer la Vierge. Soudain, alors que les enfants étaient encore sur le chemin, un flash de lumière apparut à trois reprises. Pour eux et pour ceux qui les suivaient c’était un signe indiquant la venue de la Vierge.

Ce troisième jour, la Vierge apparut plus haut sur la colline que le jour précédent. Immédiatement, la Vierge disparut. Mais lorsque les enfants commencèrent à prier, elle réapparut de nouveau. Elle était joyeuse et souriait sereinement et une fois de plus sa beauté était indescriptible. Tandis qu’ils quittaient leurs maisons, quelques personnes âgées leur conseillèrent d’apporter avec eux de l’eau bénite afin de s’assurer que ce n’était pas Satan. Lorsqu’ils furent avec la Vierge, Vicka pris de l’eau et en dirigea vers l’apparition en disant : « Si tu es la Sainte Vierge, s’il te plait reste mais si tu ne l’est pas, va-t-en ! » La Sainte Vierge sourit et demeura avec les enfants.

Puis Mirjana lui demanda son nom et elle répondit : « Je suis la Bienheureuse Vierge Marie ». Le même jour, en descendant du Podbrdo, la Vierge apparut une fois de plus, cette fois uniquement à Marija en disant : « Paix, paix, paix, seulement la paix. » Derrière elle, Marija vit une croix. Après cela, la Sainte Vierge répéta, en larmes, les paroles suivantes : « La paix doit régner entre Dieu et les hommes, et entre les hommes. » L’endroit où cela s’est déroulé est à peu près à mi-chemin du lieu des apparitions. 

Le quatrième jour

Le 27 Juin 1981, la Sainte Vierge apparut trois fois aux enfants. A cette occasion les enfants posèrent toutes sortes de questions et la Sainte Vierge y répondit. Pour les prêtres, elle donna ce message : « Qu’ils soient persévérants dans la foi et qu’ils protègent la foi du peuple ! » Une fois de plus, Jakov et Mirjana demandèrent un signe car la population commençait à les accuser de mensonge et de prendre des drogues. « N’ayez peur de rien ! » répondit la Sainte Vierge. Avant de partir, lorsqu’ils lui demandèrent si elle reviendrait, elle leur répondit affirmativement.

En descendant du Podbrdo, la Sainte Vierge apparut une fois de plus pour leur dire au-revoir en disant : « Que Dieu soit avec vous, mes anges, allez dans la paix de Dieu ! »Le 28 Juin 1981, une foule importante se rassembla dès les premières heures du matin. A midi, ils étaient près de 15 000 personnes. Ce même jour, le curé de la paroisse, le P. Jozo Zovko, interrogea les enfants sur ce qu’ils avaient vu et entendu les jours précèdents. A l’heure habituelle, la Sainte Vierge apparut. Les enfants prièrent avec elle, après quoi ils lui posèrent certaines questions. Vicka, par exemple, demanda : « Chère Gospa, qu’attends-tu de nous et de nos prêtres ? » La Vierge lui répondit : « Le peuple doit prier et croire fermement ».

En ce qui concerne les prêtres, elle répondit qu’ils devaient croire fermement et aider les autres à faire de même. Ce jour-là, la Vierge disparait et réapparait à plusieurs reprises. Durant une des apparitions, les enfants lui demandèrent pourquoi elle n’apparaissait pas dans l’église afin que tous puissent la voir. Elle répondit : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu! »

Le cinquième jour

Le 28 Juin 1981, une foule importante se rassembla dès les premières heures du matin. A midi, ils étaient près de 15 000 personnes. Ce même jour, le curé de la paroisse, le P. Jozo Zovko, interrogea les enfants sur ce qu’ils avaient vu et entendu les jours précèdents. A l’heure habituelle, la Sainte Vierge apparut. Les enfants prièrent avec elle, après quoi ils lui posèrent certaines questions. Bien que la foule les assaillait de questions et que ce jour fut particulièrement chaud et lourd, les voyants étaient comme au ciel.

Le sixième jour

Le 29 Juin 1981, les enfants furent emmenés à Mostar pour un examen médical et furent déclarés « en bonne santé ». La conclusion du médecin-chef fut : « Les enfants ne sont pas fous comme le pensaient les personnes qui les ont amenés ici … »La foule sur la montagne des apparitions fut plus nombreuse que jamais. Dès que les enfants arrivèrent sur place et commencèrent à prier, la Sainte Vierge apparut. A cette occasion, la Sainte Vierge les exhorta à la foi en disant : « Que le peuple croit fermement et ne craigne rien. »

Le septième jour

Le 30 Juin 1981, deux jeunes filles suggérèrent aux enfants de s’en aller en voiture pour une petite promenade. Leurs intentions réelles étaient, en fait, de les éloigner de l’endroit des apparitions et de les garder avec elles jusqu’à ce que l’heure de l’apparition soit passée. Cependant, même si les enfants étaient loin de Podbrdo, à l’heure habituelle de l’apparition, ce fut comme un appel intérieur qui les appelait à sortir de la voiture.

Dès qu’ils l’eurent fait, ils se mirent en prière, la Sainte Vierge se dirigea alors vers eux venant de Podbrdo qui se trouve environ à un kilomètre de là. Elle pria sept « Notre Père » etc. Ainsi la ruse des jeunes filles n’eut pas l’effet escompté. Peu après cela, la police commença à empêcher l’accès de la colline des apparitions, Podbrdo, aux enfants et aux pèlerins. Les enfants, puis bientôt la foule furent empêchés d’y aller. Mais la Vierge continua de leur apparaître dans des endroits secrets, chez eux ou dans les champs. Les enfants avaient acquis une certaine confiance et parlait ouvertement avec elle, attendant avec impatience ses conseils, écoutant ses avertissements et ses messages.

Les événements de Medjugorje continuèrent de cette manière jusqu’au 15 Janvier 1982. Jusqu’à cette date, le curé de la paroisse commença à accueillir les pèlerins dans l’église, leur permettant de prier le rosaire et de participer à l’Eucharistie. Les enfants participaient également au rosaire. La Sainte Vierge leur apparaissait parfois dans l’église à cette heure. Le curé de la paroisse lui-même, tandis qu’il priait le rosaire, vit la Sainte Vierge. Immédiatement, il arrêta sa prière et commença spontanément à chanter un hymne populaire « Lijepa si, lijepa Djevo Marijo » ;

« Tu es toute belle, Bienheureuse Vierge Marie ». L’église tout entière s’aperçut que quelque chose d’inhabituel se passait. Puis, il témoigna qu’il l’avait vue, lui qui, jusqu’alors, n’avait pas seulement été sceptique mais ouvertement contre les rumeurs d’apparitions, devint leur plus grand défenseur ! Il témoigna de son soutien aux apparitions jusqu’au point d’être emprisonné. 

A partir du 15 Janvier 1982, les enfants accueillirent la Sainte Vierge dans une pièce de l’église paroissiale. Le curé mit cela en place à cause de nouvelles difficultés qui surgissaient et parfois même de réels dangers qui attendaient les voyants. Auparavant, les enfants s’étaient assurés que tout cela était en accord avec les désirs de la Sainte Vierge. Vu l’interdiction de l’Evêque diocésain, d’Avril 1985, les enfants cessèrent d’utiliser l’endroit de l’église comme lieu d’apparition.

Désormais, ils se rendirent dans une pièce de la maison paroissiale. Depuis le début des apparitions jusqu’à aujourd’hui, il n’y eut que cinq jours durant lesquels aucun des enfants ne vit la Vierge. Elle n’est pas toujours apparue au même endroit, ni au même groupe, ni aux mêmes personnes et ses venues n’ont pas toujours correspondu à une durée précise. Parfois les apparitions ont duré deux minutes, parfois une heure. La Sainte Vierge n’est jamais apparue selon la volonté des voyants. Parfois ils priaient et attendaient mais la Sainte Vierge n’apparaissait pas tout de suite.

Et parfois elle apparaissait à l’un et pas aux autres. Si elle n’avait pas promis une heure de rendez-vous, personne ne savait quand elle apparaitrait, ni même si elle apparaitrait. Elle n’apparaissait pas non plus toujours uniquement aux voyants déjà mentionnés, mais également à d’autres personnes d’âges, de taille, de race, d’éducation et d’état de vie différents. Tout cela nous montre que les apparitions ne sont pas un produit de l’imagination. Cela ne dépend jamais de l’heure ni de l’endroit, ni du désir ou de la prière des pèlerins ou des voyants, mais bien plus de la volonté de Celui qui permet ces événements.

IV – Analyse de l’Apparition

Apparence de la Vierge

Ils virent une jeune femme particulièrement belle portant un enfant dans ses bras. Le lendemain, les enfants levèrent les yeux et virent la Vierge Marie, cette fois sans l’enfant. Elle était incroyablement belle. Le troisième jour, lorsque les enfants commencèrent à prier, elle réapparut de nouveauUne fois de plus sa beauté était indescriptible. 

Notre Dame de Medjugorje

Attitudes de la Vierge

Elle ne leur dit rien mais leur indiqua par gestes qu’ils devaient s’approcher. Le lendemain, la Vierge, d’un geste de la main, leur indiqua de s’approcher. La Sainte Vierge pria avec eux à l’exception du « Je vous salue Marie ». La Sainte Vierge se dirigea alors vers eux venant de Podbrdo qui se trouve environ à un kilomètre de là. Elle pria sept « Notre Père ». Derrière elle, Marija vit une croix. Après cela, la Sainte Vierge répéta, en larmes, les paroles suivantes : « La paix doit régner entre Dieu et les hommes, et entre les hommes. » Elle était souriante et joyeuse.Elle était joyeuse et souriait sereinement.

Paroles de la Vierge

« Dieu soit avec vous, mes chers enfants! » 

« Je suis la Bienheureuse Vierge Marie ». 

« Paix, paix, paix, seulement la paix. » 

« La paix doit régner entre Dieu et les hommes et entre les hommes. » 

« Qu’ils soient persévérants dans la foi et qu’ils protègent la foi du peuple.  

« N’ayez peur de rien ! » 

« Que Dieu soit avec vous, mes anges, allez dans la paix de Dieu

« Le peuple doit prier et croire fermement »

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! »

« Que le peuple croit fermement et ne craigne rien. »

Messages de la Vierge  

L’essentiel du message de la Vierge est un appel à la paix. Il est vrai que le contexte s’y prête car la guerre va bientôt submerger la région. La prière figure au nombre des recommandations ainsi que l’appel à la Foi. René Laurentin fournit une longue compilation des messages qu’aurait livré la Gospa (Gospa signifie Notre-Dame en croate) entre 1981 et 1984.

Il reste toutefois difficile de se faire une idée précise de leur teneur exacte ; les messages semblant avoir fait l’objet de réécritures postérieures à leur enregistrement. En outre, dès l’été 1981 les voyants prétendent avoir des apparitions personnalisées avec des messages différents, ce qui empêche toute comparaison. Certains commentateurs notent toutefois que le contenu des révélations antérieures à 1984 révélerait des aberrations et des erreurs doctrinales qui mettent en doute leur véracité.

Bouflet note aussi qu’à plusieurs reprises, la Vierge aurait pris parti en faveur des franciscains de Medjugorje dans la querelle qui les a opposés à l’évêque de Mostar, ordinaire du lieu, fait qui ne s’est jamais produit dans une apparition reconnue par l’Église, mais qui a été constaté dans des apparitions non reconnues. Par exemple, le 16 avril 1982, Vicka écrit que la Vierge lui a répondu : 

« L’Évêque n’agit pas en cela avec Dieu, ni dans la charité, ni dans l’amour de Dieu. Qu’Ivica et Ivan ne se polarisent pas sur l’Évêque qui les charge d’un grand fardeau pour se débarrasser d’eux. Il a commencé par les plus jeunes et poursuit son plan. Je sais que c’est pour eux un rude coup. (…) Ce que fait l’Évêque n’est pas selon la volonté de Dieu à l’égard d’innocents, sans aucune faute et si blâmés, cela Dieu ne le permettrait pas. (…) ». 

Selon Joachim Bouflet, le message original de Medjugorje aurait insisté sur la réconciliation, ce qui aurait une signification très particulière, compte tenu du fait que les apparitions initiales eurent lieu à proximité d’un endroit où au cours de la Seconde Guerre mondiale plusieurs centaines personnes furent massacrées par les oustachis. Les franciscains qui se chargèrent de la « gestion » du phénomène auraient en fait escamoté cet aspect particulier du message de nature à remettre en cause la conduite d’une partie des membres de leur ordre au cours de la Seconde Guerre mondiale. 

Les messages de la Vierge selon le site de Medjugorje 

Selon le témoignage concordant des voyants, la Sainte Vierge, durant ses apparitions, a donné une série de messages à transmettre aux hommes. Bien qu’il y ait de nombreux messages, ils peuvent être regroupés en cinq thèmes, car tous les messages soulignent fondamentalement ou rejoignent ces cinq thèmes.

La Paix

Déjà le troisième jour, la Sainte Vierge mit l’accent sur la paix comme le premier de ses messages: « Paix, paix, paix, seulement la paix ! » après quoi elle ajouta à deux reprises « La paix doit régner entre Dieu et les hommes et entre les hommes ». Etant donné que Marija a pu voir une croix, lorsque la Sainte Vierge donna ce message, la conclusion évidente est que la Paix vient de Dieu. 

Dieu, qui à travers la Vierge, en Christ devint notre paix. (Ephésiens 2:14) « car c’est lui qui est notre paix au milieu de nous »… Cette paix « le monde ne peut la donner » (Jean 14:27) et c’est pour cela que le Christ a commandé à ses apôtres de la porter au monde (Matthieu 10:11) afin que tout homme puisse devenir « Fils de paix » (Luc 10:6). 

La Foi

Le second message de la Sainte Vierge est la foi. Déjà, les quatrième, cinquième et sixième jours, la Sainte Vierge exhorta les personnes présentes à avoir une foi ferme. Elle répéta ce message à plusieurs reprises. Sans foi nous ne pouvons parvenir à la paix ! Une fois de plus, personne mieux que la Sainte Vierge ne peut comprendre la nécessité et l’efficacité de la foi. C’est pourquoi elle met l’accent sur ce thème à chaque occasion et missionne les voyants d’apporter la lumière de la foi aux autres. 

La Conversion

La conversion est l’un des messages fréquents de la Sainte Vierge. Cela présuppose qu’elle a noté une fragilité ou un manque complet de foi dans notre monde d’aujourd’hui. Sans conversion il est impossible d’acquérir la paix. Pour cette raison, la Vierge suggère continuellement de recourir à la confession fréquente. L’invitation est adressée à tous sans différenciation car « personne n’est juste »…. 

La Prière

Quasi quotidiennement, depuis le cinquième jour des apparitions, la Sainte Vierge recommande la prière. Elle demande à tous de « prier sans cesse » tout comme le Christ lui-même nous l’a enseigné. (Marc 9:29, Matthieu 9:38, Luc 11: 5-13) 

Le Jeûne

Déjà le sixième jour des apparitions, la Sainte Vierge a souvent recommandé de jeûner car cela fortifie notre foi. La pratique du jeûne assure et aide au contrôle de soi-même. Seule la personne qui se contrôle elle-même est véritablement libre et capable de s’abandonner à Dieu et au prochain, comme la foi le demande. 

En résumé, on peut dire que les messages de la Sainte Vierge soulignent le fait que la paix est au dessus de tout et que la foi, la conversion, la prière et le jeûne sont les moyens qui nous permettent de l’atteindre.

Autres Visions et/ou éléments supra-naturels

Ce jour-là, une femme médecin qui avait suivi et observé les enfants, désira toucher la Sainte Vierge pendant l’apparition. Les enfants guidèrent sa main à l’endroit où se trouvait l’épaule de la Vierge et elle ressentit un picotement. Le médecin, bien que se déclarant athée, admit après cela : « Ici se passe quelque chose d’étrange! » Le même jour un enfant, Danijel Šetka, fut miraculeusement guéri. Ses parents l’avaient amené à Medjugorje pour prier spécialement pour sa guérison. La Sainte Vierge avait promis que cela arriverait si les parents priaient et jeûnaient avec une foi ferme. L’enfant fut effectivement guéri.

Eléments conformes aux autres apparitions 

La croix aperçue derrière la Vierge comme à Amsterdam ainsi que les appels à la paix et à la prière. 

L’incroyable beauté de la Vierge

Eléments spécifiques

Le nombre des voyants et leur âge 

Le caractère individualisé des messages 

La critique de la Vierge à l’égard de l’évêque du lieu défavorable à la réalité des apparitions. 

La vie personnelle des voyants après les apparitions

Le fait qu’une tierce personne (femme médecin) puisse « toucher » l’épaule de la Vierge 

L’air « joyeux » de la Vierge 

Elle n’apparait pas uniquement aux voyants mais également à d’autres personnes d’âges, de taille, de race, d’éducation et d’état de vie différents.

La dissension entre les bénédictins et l’évêque de Mostar.

V- Reconnaissance et sanctuaires 

Reconnaissance

Le 14 mai 1988, la sous-commission médicale de la Conférence des évêques de l’ex-Yougoslavie émet la déclaration suivante : « La sous-commission médico-psychologique professionnelle pour établir le statut psychologique des « voyants » de Medjugorje, à la suite de recherches dans la documentation médicale existante à ce jour, et après des examens effectués sur les personnes suivantes : Vicka Ivankovic, Ivan Dragicevic, Mirjana Dragicevic, Marija Pavlovic, Ivanka Ivankovic, Jakov Colo, et selon des critères en usage à la Congrégation pour la Doctrine de la foi, en date du 25 mars 1978, a établi ce qui suit :

1 – Toutes les personnes examinées sont psychiquement équilibrées.

2 – Il n’existe pas de maladie psychique ou inclination psychopathologique qui auraient pu influencer ce supposé événement surnaturel. Il n’existe pas non plus de psychose ni d’hystérie collective ou d’autres phénomènes de ce genre. Les membres soussignés joignent en annexe leurs propres appréciations sur les personnes examinées. »

En juin 2015, le pape François annonce avoir reçu les conclusions de l’enquête. Faisant suite à ces conclusions, il nomme Mgr Henryk Hoser au poste « d’envoyé spécial du Saint-Siège pour Medjugorje » le 11 février 2017. Sa mission, exclusivement pastorale, est « d’acquérir des connaissances plus approfondies de la situation pastorale de cette réalité, et surtout, des exigences des fidèles qui se rendent en pèlerinage, et, à partir de cela, suggérer des initiatives pastorales pour le futur ».

Mgr Hoser n’aura donc pas à traiter des apparitions mariales qui sont de la compétence de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il a clairement indiqué aux fidèles qu’il était chargé d’une enquête pastorale qui ne remet en cause ni la dévotion mariale locale ni le jugement officiel de l’Église sur les apparitions qui reste inchangé depuis la déclaration officielle des évêques de l’ex-Yougoslavie en 1991.

Le 13 mai 2017, dans l’avion qui le ramène de Fátima, le pape François évoque les travaux de la commission d’enquête internationale dont il loue le « très bon travail ». Il explique qu’il faut distinguer trois choses, à savoir d’une part les premières apparitions aux enfants sur lesquelles l’enquête doit se poursuivre, d’autre part les apparitions actuelles pour lesquelles « l’enquête émet des doutes » et enfin le « le fait spirituel et pastoral » au sujet duquel il rappelle qu’il a chargé Mgr Henryk Hoser d’enquêter et de lui remettre un rapport. Le 8 décembre 2017, le pape François a accepté la renonciation de Mgr Henryk Hoser, ayant atteint 75 ans, l’âge canonique de la retraite. Mgr Romuald Kaminski a été nommé à sa place à la tête du diocèse de Varsovie-Praga.

La position actuelle de Rome sur les apparitions à Medjugorje  

La position de Rome- dans l’attente d’une éventuelle reconnaissance de tout ou partie de ces apparitions – reste celle officiellement précisée par la réponse en date du 26 mai 1998 de la Congrégation pour la doctrine de la foi à Mgr Gilbert Aubry, qui précise : « en ce qui concerne la crédulité des « apparitions » en question, le Saint Siège s’en tient simplement à ce qui a été établi par les Evêques de l’ex-Yougoslavie dans la déclaration de Zadar du 10 avril 1991 : « … sur la base des investigations jusqu’ici conduites il n’est pas possible d’affirmer qu’il s’agisse d’apparitions ou de révélations surnaturelles ».

Sanctuaire

Le sanctuaire marial de Medjugorje où la Vierge Marie apparaîtrait depuis juin 1981, attire 2,5 millions de personnes chaque année. 

Eglise saint Jacques de Medjugorje
Par gnuckx — Saint James Church (St. Jakov) Medjugorje – Hotel Pansion Porta – Bosnia Herzegovina – Creative Commons by gnuckx, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24526388
Nottre Dame de Medjugorje

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.