2 – LE LAUS, 1664

FRANCE / 1664 à 1718 Notre dame du Laus

I – Généralités

Pays de l’apparition

France

Site 

Saint-Étienne-le-Laus est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Notre-Dame du Laus (prononcé « Lô ») est un hameau de la commune de Saint-Étienne-le-Laus, célèbre pour son sanctuaire d’apparitions mariales situé dans le diocèse de Gap et d’Embrun. Jean Guitton a dit de ce lieu qu’il est « un des trésors les plus cachés et les plus puissants de l’histoire de l’Europe ». La hameau de Notre-Dame du Laus est situé à la fois sur la Via Domitia (actuel GR 653 D), antique chemin de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle et sur la via Alta qui relie les chemins vers Compostelle et la Via Francigena qui permet de se rendre à Rome.

Désignation  

Notre Dame du Laus

Contexte historique

Les campagnes militaires de Louis XIV et le train de la Cour à Versailles grèvent le budget de la France ; la noblesse de robe renforce son pouvoir ; l’édit de Nantes est révoqué. La France implante ses comptoirs commerciaux en Amérique, Antilles et Inde. Le pays connaît deux années de grande famine en 1693 et 1694. Le 17 avril 1664, la Compagnie du Saint Sacrement se réunit en secret et décide d’empêcher par tous les moyens la représentation de la pièce de Molière Tartuffe.

Le 12 mai : représentation du premier Tartuffe ou l’Imposteur (en trois actes) de Molière. Le22 juin : une déclaration royale inaugure une grande enquête sur les usurpations de noblesse. Chaque famille doit fournir la preuve de son état noble antérieur à un siècle et en fournir les titres écrits. Cette mesure favorise la noblesse de robe au détriment de celle d’épée. Le1er août : 6 000 Français, que commande le comte de Coligny, se distinguent aux côtés de la Ligue du Rhin au cours de la bataille livrée sur le Raab, près du monastère de Saint-Gothard ; brillante victoire chrétienne sur les Turcs.

À la mort de Mazarin, en 1661, Le règne de Louis XIV marque une centralisation extrême du pouvoir royal. La noblesse perd tout pouvoir politique. Elle est domestiquée à Versailles où son plus grand souci est de se faire remarquer du roi. Pour cela, elle doit faire des dépenses excessives et en est réduite à quémander des pensions au roi pour assurer son train de vie fastueux. Louis XIV pense que la guerre est la vocation naturelle d’un roi. Les efforts faits pour moderniser et discipliner l’armée permettent à Louis XIV de remporter d’éclatantes victoires dans la première partie de son règne personnel.

La guerre de Dévolution (1667-1668) lui permet de conquérir de nouvelles places fortes au nord de la France parmi lesquelles Dunkerque, Lille et Douai. Le traité de Nimèguede 1678 met fin à la guerre de Hollande. Louis XIV n’a pu réduire les Pays-Bas mais acquiert la Franche-Comté au détriment de l’Espagne. En 1685, Louis XIV s’aliène les États protestants en révoquant l’édit de Nantes. La France commence à peupler la Nouvelle-France entre 1635 et 1654. La Guadeloupeest conquise par Léonard de l’Olive et Duplessis d’Ossonville ; en 1682,Cavelier de la Salle découvre ce qu’il appelle la Louisiane ; les Français fondent des comptoirs commerciaux en Inde, ce qui concurrence les projets britanniques.

La guerre de la Ligue d’Augsbourg, dirigée par Guillaume d’Orange, est indécise et coûte très cher alors que la France connaît une période de disette. La guerre de Succession d’Espagne, menée par une coalition européenne pour empêcher le comte d’Anjou, second fils du dauphin, de devenir roi d’Espagne, commence en 1701. La France après quelques victoires connaît de nombreux revers. La paix est signée à Utrecht, en 1714, et confirme l’accession d’une branche des Bourbon sur le trône d’Espagne. Le vieux roi qui meurt en 1715, voit son fils et son petit-fils mourir avant lui. Son héritier est donc son arrière-petit-fils né en 1710.

II – La voyante

Benoîte Rencurel (Saint-Étienne d’Avançon, 16 septembre 1647- 28 décembre 1718) dite messagère de la réconciliation. C’est dans un hameau des Alpes à Saint-Étienne-le-Laus, où quelques familles à peine vivaient au XVIIe siècle, que Benoîte Rencurel voit le jour le 16 septembre 1647. Elle sera baptisée le lendemain dans l’église paroissiale. La pauvreté des Rencurel devient une profonde misère à la mort du père de famille en 1654 ; Benoîte, alors âgée de sept ans, est chassée avec les siens du logis où elle avait passé ses premières années.

Tableau représentant Benoîte Rencurel, peint de son vivant. Ce tableau se trouve dans la chapelle derrière le chœur de la basilique.
Par AntonyB — https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Notre-Dame-du-laus_%28sanctuaire_-7%29-_Portrait_de_Beno%C3%AEte_Rencurel.jpg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=49699243

Elle doit bientôt gagner son pain comme gardienne de troupeaux. À partir de l’âge de douze ans, elle travaille chez deux maîtres : Jean Roland, cultivateur brutal que Benoîte convertit par sa douceur et Louis Astier, homme de bien. Avant de commencer à parcourir les montagnes avec ses troupeaux, elle avait demandé à sa mère un chapelet. Ne sachant ni lire ni écrire, elle prie à longueur de journées. Simple et pleine de vie, elle est proche des gens de son village et n’hésite pas à donner sa nourriture aux enfants plus pauvres qu’elle.

Mai 1664 : après avoir entendu une homélie de son curé, Benoîte ressent le profond désir de rencontrer la Mère de miséricorde. Peu après, saint Maurice lui apparaît et lui annonce que son vœu sera exaucé. À partir du lendemain, une « belle dame » lui apparaît quotidiennement pendant quatre mois au Vallon des fours, à proximité de Saint-Etienne. Puis, sur les indications de la Vierge, Benoite se rend au hameau du Laus tout proche et trouve une chapelle, la chapelle de Bon-Rencontre, grâce aux parfums qui s’en dégagent. Elle confie à Benoîte la mission de faire construire une église et une maison pour les prêtres, afin qu’ils reçoivent et confessent les pèlerins.  Benoîte remplit auprès d’eux son ministère d’accueil, de prière et de pénitence.

Ayant reçu le don de pouvoir lire dans les consciences, elle éclaire leur démarche de conversion et les envoie vers les prêtres émerveillés par la qualité des confessions. Les guérisons et les conversions sont très nombreuses. Entièrement vouée à sa mission, Benoîte vient résider à plein temps au Laus en 1672.  Pendant 54 ans, Marie continue de lui apparaître pour la soutenir dans son apostolat et poursuivre son éducation.

Recouvrant la chapelle de Bon-Rencontre, l’église est édifiée entre 1666 et 1669. Le jour de sa bénédiction, Benoîte devient membre du tiers-ordre de saint Dominique, d’où le titre de « sœur Benoîte » qui lui sera donné.

Benoîte meurt le 28 décembre 1718, en la fête des saints Innocents, laissant la réputation d’une sainte dont la vie fut entourée de faits merveilleux. Elle aura vécu jusqu’à 71 ans malgré de cruelles souffrances et les plus grandes austérités. Elle subira aussi une mise à l’écart par des prêtres de tendance janséniste pendant 20 ans.Benoîte a d’abord été enterrée au cimetière du Laus qui, alors, jouxtait l’église. Son corps fut ensuite déposé dans le caveau actuel dans le chœur même de la basilique. Benoîte Rencurel a été reconnue « vénérable » par le pape Benoît XVI, le 3 avril 2009

III – L’Apparition (généralités) 

Date

De Mai 1664 à 1714 (50 ans) 

Nombre et durée des apparitions

Quatre mois durant jusqu’au 29 août 1664, jour de la fête du martyre de saint Jean-Baptiste, la merveilleuse apparition se renouvela, laissant chaque fois Benoîte dans l’extase. À partir de 1664, et pendant plus de cinquante ans, Benoîte Rencurel verra la Vierge.

Emplacement des apparitions

La première fois dans la grotte dite « des fours », puis, sur l’autre versant de la vallée, à Pindreau.

Chapelle de Notre-Dame-des-Fours
Par Antony B — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7870371

Récit 

En mai 1664, alors que Benoîte conduit ses chèvres le long d’un bois, sur la montagne de Saint-Maurice, un vieillard s’approcha d’elle, se présentant comme saint Maurice lui-même et annonçant à la bergère qu’elle verrait la Mère de Dieu dans un vallon voisin. Benoîte guide dès lors son troupeau dans une autre vallée, s’arrêtant dans la grotte dite « des fours » pour y réciter son chapelet. C’est en ce lieu que la Vierge Marie lui apparut un jour, son fils dans les bras.

Quatre mois durant, jusqu’au 29 août 1664, l’apparition se renouvela. Fin septembre, après un mois d’absence, la Vierge se manifesta à nouveau sur l’autre versant de la vallée, à Pindreau. Elle ordonna à Benoîte de chercher, au Laus, une petite chapelle, où flottent de suaves odeurs, et de venir l’y prier. Là elle lui parle et la rencontre très souvent. Le lendemain, Benoîte découvre sur la colline du Laus, située de l’autre côté de l’Avance, un oratoire couvert de chaume, dédié à Notre-Dame de Bonne-Rencontre, et dont il ne reste guère que des ruines.

De merveilleux parfums s’y font sentir. Et voici que la Vierge apparaît sur le pauvre autel de plâtre, à droite du tabernacle. Le geste qu’a Benoîte, à cette vue, est exquis de naïveté : « Permettez que je mette mon tablier sous vos pieds », dit-elle, à celle qu’elle appelait sa Bonne mère : « Il est tout blanc de lessive ». La Vierge, en refusant, lui sourit, puis lui annonce qu’une grande église sera bâtie, en ce lieu destiné à la conversion des pécheurs. Benoîte indique que Marie a voulu « bâtir une église en l’honneur de son très cher Fils et au sien, où beaucoup de pécheurs et de pécheresses se convertiront ».

À partir de 1664, et pendant plus de cinquante ans, Benoîte Rencurel voit la Vierge Marie.Ces apparitions entraînent en quelques années la venue d’une foule de pèlerins. Dès 1666, on édifie un sanctuaire contenant, à l’intérieur, la petite chapelle où la Vierge est apparue à Benoîte Rencurel. Entre 1665 et 1667, 130 000 personnes s’y rendent. Conformément au vœu de Marie, ce lieu est devenu un « refuge pour les pécheurs ». Benoîte exerce au Laus sa mission d’accueil, de prière et de pénitence en mettant en œuvre son charisme de connaissance des cœurs. Des centaines de guérisons physiques opèrent au Laus, notamment par les onctions de l’huile de la lampe du sanctuaire, appliquées avec foi, selon le conseil de la Vierge Marie.

Le bruit de ses faveurs divines s’étant répandu alentour, les magistrats et les théologiens cherchent à constater leur exactitude. Ainsi l’avocat Grimaud, juge de paix de la baronnie d’Avançon vient au Laus, à plusieurs reprises : il ne découvre ni supercherie ni illusion dans les merveilles de la petite chapelle. Bien mieux, sa relation, tenue pendant les deux premières années du pèlerinage, signale soixante guérisons miraculeuses. Le chanoine Pierre Gaillard, docteur en théologie, conseiller et aumônier du Roi, qui remplit à Gap les fonctions d’archidiacrevicaire général et official de l’évêché, se rend au Laus le 17 août 1665.

L’autorité diocésaine d’Embrun ne pouvait manquer d’établir une enquête. Cette enquête, faite avec une extrême rigueur, constate à trois reprises des prodiges indéniables. C’est d’abord le chanoine Antoine Lambert, administrateur du diocèse, vicaire général et official de l’archevêché d’Embrun qui, le 14 septembre 1665, se rend au Laus, accompagné du père André Gérard, plus tard grand pénitencier à Rome. Après un interrogatoire au cours duquel Benoîte ne peut être trouvée en défaut, l’éclatante guérison de Catherine Vial donne lieu à la constatation juridique du 18 septembre 1665, actuellement conservée aux archives du Laus. Le successeur du chanoine Lambert, M. Javelli fait plus tard venir Benoîte à Embrun et la tient au secret pendant les quinze jours d’interrogatoire; on s’aperçoit alors que la bergère ne prend aucune nourriture pendant cette réclusion, sans en paraître aucunement souffrir.

À l’automne 1666, Benoîte entre dans le Tiers-Ordre dominicain, sans doute le jour de la pose de la première pierre de la basilique. Le chanoine Gaillard, aidé par l’arrivée en 1669 de l’abbé Peythieu, attaché au pèlerinage pendant vingt ans et du frère Aubin, ermite de Notre-Dame de l’Érable arrivé en 1680, va rédiger pendant quarante-trois ans un journal consacré à faire le récit de ce qu’il voit au Laus, notant ainsi les événements du vivant de la bergère. Chaque nouveau récit est soumis à Benoîte afin de le valider. C’est enfin l’archevêque Charles Brûlart de Genlis, qui – nommé à Embrun en 1672 – part au Laus. Nettement incrédule avant ce voyage, il est, sur place, émerveillé, tant par la solidité des réponses obtenues de Benoîte que par la protection vraiment miraculeuse accordée à un domestique au cours d’un terrible accident.

Il revient plusieurs fois et obtient par lettres patentes du roi, enregistrées le 19 décembre 1679, d’établir au Laus un séminaire. L’invasion savoyarde en août 1692 oblige Benoîte à quitter le Laus. Elle se réfugie à Marseille pendant 2 mois. Torturée alors par le démon, elle vit des années terribles, consolée seulement par ses apparitions. Le 15 août 1698, la Vierge lui apparaît entourée par des anges qui emportent Benoîte jusqu’au ciel puis la rapportent ensuite dans son hameau. Lisant dans les âmes, elle ramène au bien les pécheurs en leur disant le nombre et la gravité de fautes qu’ils croyaient ignorées de tous. À Marseille, elle montre à M. de Coulonge, alors vicaire général, qu’elle connaît sa pensée et le doute qu’il garde en l’écoutant. Cette traversée du désert, due au clergé janséniste, qui n’accepte pas les événements du Laus, ne cessera qu’en 1712, grâce à l’arrivée des pères de Sainte-Garde, ce qui amène un renouveau du pèlerinage. 

IV – Analyse de l’Apparition

Apparence de la Vierge

L’apparition du Laus est l’une des rares où la voyante ne fait pas la description de la Vierge. 

Attitudes de la Vierge

« Permettez que je mette mon tablier sous vos pieds » dit Benoite à celle qu’elle appelait sa Bonne mère, en ajoutant : « Il est tout blanc de lessive ». La Vierge, en refusant, lui sourit.

Paroles de la Vierge

Le 29 août 1664, la belle dame révèle son identité : « Je suis Dame Marie, la Mère de mon très cher Fils. » Fin septembre, après un mois d’absence, Marie se manifeste à nouveau, mais de l’autre côté de la vallée, à Pindreau : « Allez au Laus, vous y trouverez une chapelle d’où s’exhaleront de bonnes odeurs, et là très souvent vous me parlerez ». « J’ai demandé ce lieu à mon Fils pour la conversion des pécheurs et Il me l’a accordé ».

Messages de la Vierge  

Marie demande la construction d’un lieu de prière « pour la conversion des pécheurs » et prône la réconciliation : « Laissez vous réconcilier ! »

Autres visions et/ou éléments supra-naturels

En mai 1664, alors que Benoîte conduit ses chèvres le long d’un bois, sur la montagne de Saint-Maurice, un vieillard s’approcha d’elle, se présentant comme saint Maurice lui-même et annonçant à la bergère qu’elle verrait la Mère de Dieu dans un vallon voisin. Benoîte Rencurel verra aussi le Christ en Croix, saint Maurice, sainte Barbe, saint Joseph, saint Gervais et saint Protais, l’enfant Jésus, sainte Catherine de Sienne, les anges et le diable. Entre 1669 et 1684, elle est gratifiée 5 fois de la vision du Christ crucifié sur la croix d’Avançon. Ainsi unie à lui, elle vit une « crucifixion mystique » chaque vendredi pendant plusieurs années. 

Elle se trouve brusquement raidie, chaque semaine dans la pose de crucifiée et reste ainsi du jeudi au samedi, sans pouvoir faire un geste. Elle s’effare, dans son humilité, de l’attention générale qu’attire sur elle ce prodige et demanda que d’autres souffrances, moins visibles, lui soient accordées. C’est à partir de 1689 qu’elle subira des sévices nocturnes et combattra spirituellement le démon toutes les nuits jusqu’à sa mort. L’huile du Laus (huile de la la lampe du saint sacrement utilisée en onction à la demande de la Vierge) occasionnera de nombreuses guérisons. Pour information, Padre Pio, capucin et prêtre italien né le 25 mai1887 à Pietrelcina  en CampanieItalie) et mort le 23 septembre1968, canonisé le 16 Juin 2002, confessait ses visiteurs en voyant leurs fautes y compris celles qu’ils ne souhaitaient pas avouer…

Padre Pio de Pietrelcina
Par Roberto Dughetti — Lucia Dughetti (original: http://it.wikipedia.org/wiki/Immagine:Padre_Pio.jpg), CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1831974

Eléments conformes aux autres apparitions 

Dans cette chapelle abandonnée flottent de suaves odeurs.

La voyante est une jeune bergère « confiante et simple », une chevrière

Le décor des apparitions est campagnard (vallonneux) 

La voyante souffrira beaucoup et deviendra une sainte.

La vierge apparaît dans une grotte, son fils dans les bras.

Des centaines de guérisons s’y produisent

Pendant les 15 jours d’interrogatoire, la voyante ne prend aucune nourriture.

Les attaques du Démon 

Une partie du clergé lui est hostile et nie les apparitions.

La vision du Christ crucifié.

Eléments spécifiques

Saint Maurice prévient de l’apparition de la Vierge ; Marie n’apparaît pas « brutalement ». 

Des centaines de guérisons physiques opèrent par les onctions de l’huile de la lampe du sanctuaire, appliquées avec foi, selon le conseil de la Vierge Marie.

Le 15 août 1698, la Vierge lui apparaît entourée par des anges qui emportent Benoîte jusqu’au ciel puis la rapportent ensuite dans son hameau. 

Lisant dans les âmes, Benoîte ramène au bien les pécheurs en leur disant le nombre et la gravité de fautes qu’ils croyaient ignorées de tous. À Marseille, elle montre à M. de Coulonge, alors vicaire général, qu’elle connaît sa pensée et le doute qu’il garde en l’écoutant.

Crucifixion mystique en juillet 1673, Benoîte voit Notre-Seigneur fixé à la Croix et se sent inondée de son sang. Elle se trouve brusquement raidie, chaque semaine dans la pose de crucifiée et reste ainsi du jeudi au samedi, sans pouvoir faire un geste. 

Lien avec d’autres apparitions 

La Vierge ordonna à Benoîte de chercher au Laus une petite chapelle ; ceci nous rappelle la statue oubliée dans le clocher, lors de l’apparition à Gladys Quiroga de Motta, à San Nicolas de Los Arroyos en Argentine.

V- Reconnaissance et sanctuaires 

Reconnaissance

Les premières démarches en vue de l’introduction de sa cause furent faites par Mgr Bernadou, mort cardinal-archevêque de Sens, alors évêque de Gap. Le procès s’ouvrit le 11 septembre 1864. Benoîte Rencurel est la première voyante d’apparition mariale à voir sa cause de béatification introduite en cour de Rome. Le 7 septembre 1871, le pape Pie IX déclare Benoîte Rencurel « Vénérable servante de Dieu ». Le décret sur les écrits a été promulgué le 7 juillet 1896. Arrêtée en 1913, la cause a été reprise en 1981. Un miracle est maintenant nécessaire pour obtenir sa béatification. Le 28 août 1966, alors qu’il se trouvait à Notre-Dame du Laus en la fête de saint Augustin, Jean Guitton a dit de Benoîte Rencurel qu’elle est « un des ressorts les plus cachés et les plus puissants de l’Europe ».

Le 4 mai 2008, 3 500 pèlerins et une trentaine d’évêques assistent à la messe au cours de laquelle Mgr di Falco Léandri, représentant l’Église catholique, proclame la reconnaissance officielle du caractère surnaturel des apparitions de Marie à Benoîte Rencurel : « Je reconnais l’origine surnaturelle des apparitions et des faits vécus et relatés par la jeune bergère, Benoîte Rencurel, survenus entre 1664 et 1718 ». Ce sont les premières apparitions reconnues en France par l’Église catholique depuis celles de Lourdes, il y a 146 ans.

Par ailleurs, Mgr di Falco Léandri soutient le procès en béatification de Benoîte Rencurel. C’est lui qui en 2003 entame la démarche jamais entreprise de reconnaissance des apparitions, nécessaire au dossier de béatification de Benoîte Rencurel, relancé en 1996. Sous l’égide de Mgr René Combal, six experts (un théologien, un historien, un spécialiste de la Bible, un psychanalyste, un psychologue et un magistrat) ont étudié durant trois ans la véracité biologique, historique et scientifique des faits, à partir des manuscrits et des témoignages d’époque. Benoîte Rencurel a été reconnue « vénérable » par le pape Benoît XVI le 3 avril 2009.

Sanctuaire 

Le sanctuaire de Notre-Dame du Laus vu de la montée à l’oratoire de l’Ange
Par AntonyB — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7870571

Vue extérieure de la Basilique

Vue extérieure de la Basilique
Par AntonyB — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7864919

Dès 1666, on édifie un sanctuaire contenant à l’intérieur la petite chapelle où la Vierge est apparue à Benoîte Rencurel. Entre 1665 et 1667, 130 000 personnes s’y rendent. Georges d’Aubusson de La Feuilladearchevêque d’Embrun, fait construire l’église et fonde un couvent où il établit les jésuites. Son successeur, Charles Brûlart de Genlis, place en 1712 cette maison sous la direction des missionnaires de Notre-Dame-de-Sainte-Garde. En octobre 1791 durant la Révolution française, les prêtres de Notre-Dame-de-Sainte-Garde sont expulsés, les bâtiments sont vendus. En 1805, l’évêque de Digne, Mgr Bienvenu de Miollis, achète à ses frais l’église et le presbytère, l’abbé Peix achetant le couvent ; puis en 1818, il demande au père Eugène de Mazenod, fondateur de la société des Missionnaires de Provence (qui deviendra les Oblats de Marie-Immaculée) de prendre la direction du sanctuaire.

Le père de Mazenod donne son accord et signe un bail avec l’abbé Peix, propriétaire du couvent. Les Missionnaires de Provence deviennent alors curés de Notre-Dame du Laus, chargés de la direction du sanctuaire et de la prédication des missions dans les Hautes et Basses-Alpes. On compte 20 000 pèlerins en 1818 et 50 000 en 1833. En octobre 1841, la direction du sanctuaire est reprise par le diocèse de Gap. Depuis cette date, le recteur est un prêtre du diocèse de Gap, devenu diocèse de Gap et d’Embrun, depuis 2008. Le sanctuaire appartient à ce diocèse.

Une bulle pontificale du 18 mars 1892, émise par le pape Léon XIII, permet l’attribution du titre de basilique mineure à l’église de Notre-Dame-du-Laus. Depuis le 12 octobre 2008, pour aider les prêtres dans leur ministère, une équipe de sœurs Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre, assurent également les chants des offices (laudes, messe, vêpres et complies) durant lesquels les psaumes sont accompagnés par le psalmodion, instrument de musique dérivé de la cithare. 

Le psalmodions
Par moi-même — Travail personnel, GFDL, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7948741

Dès 1865, on signale que 13 processions, venues de régions différentes, se trouvèrent à la fois dans la vallée du Laus. La chapelle fut, dans cette même année, visitée par 135 000 fidèles. La rapide célébrité du pèlerinage ne devait pas faiblir par la suite. Depuis deux siècles, 100 000 pèlerins y viennent prier chaque année et le couronnement de la statue par Mgr Depèry, s’est fait, le 23 mai 1855 en présence de 40 000 personnes.

La Chapelle de Bon -Rencontre, à l’intérieur de la Basilique
Par moi-même — Travail personnel, GFDL, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7948698

Aujourd’hui, Notre-Dame du Laus accueille chaque année entre 150 000 et 170 000 personnes. Les pèlerins sont accueillis par une équipe de prêtres du diocèse de Gap et d’Embrun où se situe le sanctuaire. Le 15 août 2013, le chanteur Grégory Turpin participe à l’animation des chants lors de la messe solennelle de l’Assomption de la Vierge Marie.

C’est lui que le chanteur Grégoire avait choisi en 2012 pour interpréter l’album Thérèse, vivre d’amour de sa composition, inspiré par les plus beaux poèmes de sainte Thérèse de Lisieux. Le soir de ce même jour, le chanteur Grégoire vient lire et chanter Thérèse de Lisieux dans un site qu’il qualifie de « magique ». À l’occasion du 350e anniversaire des premières apparitions, le sanctuaire vit une année jubilaire du 1er mai 2014 au 1er mai 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.